GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Tristesse, malheurs, absence de perspectives: 2021, une année à oublier définitivement Sergio RAMOS

Le monde vient de franchir l’année 2021. Qu’elle soit oubliée à jamais avec de meilleures perspectives en 2022 pour retrouver la joie de vivre et d’espérer mieux.

L’année 2022 est là ! Souhaitons qu’elle nous fasse oublier tous les malheurs dans tous les secteurs que l’année finissante nous a causés.

2021 reste une année à oublier. Commencée avec la crise sanitaire, elle a été terminée avec l’apparition du variant Omicron. Après avoir emporté des milliers de Sénégalais. Cette situation a fragilisé les économies, rendant impossibles toutes les projections à cause des activités aux arrêts.

Le président Macky Sall devrait, personnellement, avoir à cœur de tourner la page d’une année dont la gouvernance aura été jalonnée de scandales. Les derniers mois n’ont suivi la gouvernance « sobre et vertueuse » qu’il voulait et qu’il a prônée au début de son magistère. Entre le Trésor, la Poste, Poste Finances, l’Ipres, la Lonase et la Sicap, 12,2 milliards de Fcfa ont été dérobés. Dans le détail, 4,6 milliards de Fcfa ont été détournés au Trésor, 1,7 milliard de Fcfa volé à Poste Finances et 1,4 milliard à la Lonase. 4,2 milliards de Fcfa ont été détournés à la Sicap suite à un achat de terrain. À la Grande Poste de Dakar, l’ancien receveur Amady Dia avait « pris » 100 millions de Fcfa avant de disparaître dans la nature. Depuis lors, il est toujours introuvable. Au niveau de l’Ipres, ce sont 207 millions de Fcfa qui ont été dérobés en 10 mois dans l’affaire dite des tickets-restaurants, a révélé le journal Libération.

Ces deniers publics proviennent de 6 institutions. Et non des moindres. À un moment où les Sénégalais en avaient le plus besoin.

Ce sera aussi une année à oublier notamment en raison des évènements du mois mars derniers liés à l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr dans laquelle le leader de Pastef a été accusé de viol. Treize jeunes Sénégalais y avaient trouvé la mort.

Une situation maîtrisable

Toutes les cartes sont entre les mains des Sénégalais pour réussir ce virage et tourner définitivement le dos à cette année « mourante ».

Les Lions du football devraient se battre pour ramener à leurs concitoyens la coupe d’Afrique des nations qui se joue du 9 janvier au 6 février 2022 au Cameroun.

Les Sénégalais devraient également apprendre à vivre avec le virus du coronavirus en respectant toutes les recommandations des autorités sanitaires et étatiques.

La justice devra sévir contre ceux qui dilapident les deniers publics. Que les malversations révélées ici et là soient situées pour sanctionner à la hauteur des fautes commises. Cela écartera le sentiment d’une justice à deux vitesses qui ne sévirait que contre les plus faibles.

Ça passera également par l’organisation d’élections libres, transparentes, gage d’un climat apaisé et serein. Que les cartes d’électeurs soient disponibles et distribuées sans discrimination aucune.

Le gouvernement du président Macky Sall devrait donc travailler à étouffer les récriminations venant des villes comme Kédougou et Ziguinchor sur la distribution des cartes d’électeurs. Qu’il mène une campagne incitant les citoyens à aller récupérer de manière transparente leurs cartes.

La prise en charge correcte des préoccupations des enseignants pour éviter des perturbations d’une année scolaire et académique déjà très compliquée sera également un passage obligé. Tout comme la recherche efficiente et efficace des systèmes d’emplois et d’employabilité des jeunes.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ferait mieux, pour la stabilité du système, d’éponger la dette due aux établissements privés d’enseignement supérieur. Le ministre des Sports vient de donner la preuve qu’il était possible de remettre les pendules à l’heure en payant aux athlètes ayant gagné leurs primes de victoire, dont certaines remontent aux Jeux africains tenus à Alger en 2007. L’État sénégalais se rattrape d’une injustice qui lui vaut aujourd’hui, 14 ans après, 520 millions F CFA pour mille athlètes issus de 25 fédérations sportives. Tant mieux ! Mieux tard que jamais.

Il s’agit en particulier, entre autres, de l’athlétisme, du basketball, de la boxe, du canoë kayak, de l’escrime, du football.

C’est entre autres des choses à remettre en place et à éviter qui feront totalement oublier l’année 2021 qui n’aura laissé que des visages tuméfiés.

%d blogueurs aiment cette page :