GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Retour du PM après les élections territoriales: La tête sur le billot Sergio RAMOS

Les ministres condamnés à gagner pour exister

Avec le retour du Premier ministre après les élections territoriales, le président Macky Sall place la barre très haut sur ses ministres, obligés de gagner ou de disparaître de l’attelage gouvernemental.

Le souhait du président Macky Sall de restaurer le poste de Premier ministre qu’il avait, lui-même, décidé de supprimer pour faire du fast-track au début de son second mandat est réalisé. Les députés ont suivi sa volonté en allant très vite dans le vote de la loi.

Le président Macky Sall va donc prendre son temps pour choisir son Premier ministre après les élections territoriales prévues le 23 janvier 2022. Ce timing choisi par le président de la République pour faire revenir un Premier ministre dans la nomenclature gouvernementale n’est pas fortuit.

En le faisant, le chef de l’Exécutif fait monter l’adrénaline chez ses principaux responsables politiques, notamment les ministres obligés de gagner s’ils veulent continuer de faire partie de l’attelage gouvernemental.

Cette pression placée sur leur tête par Macky Sall les pousse à redoubler d’effort pour le triomphe de leurs listes au lendemain des élections territoriales qui seront très disputées, en tout cas dans certaines localités. C’est le cas en particulier dans la ville de Dakar où le candidat de la coalition de l’opposition, Yewwi askan wi, semble être dans des dispositions pour jouer le jeu. En tout cas son représentant, Barthélémy Dias le clame avec conviction partout où il passe. Son camarade dans le cadre de la même coalition, en l’occurrence Ousmane Sonko, en fait de même à Ziguinchor où il est convaincu de s’installer à la mairie de la ville. Même s’il devra faire face également au maire sortant, Abdoulaye Baldé qui n’a pas encore dit son dernier mot.

Devant cette adversité qui ne promet rien à personne, Macky Sall croit devoir mettre les bouchées doubles pour faire triompher son camp. « Nous comprenons les enjeux politiques qu’il y a autour des élections locales, parce que les résultats qui s’en sortiront vont éclairer le débat politique », rappelait, il y a quelques semaines, Mahmouth Saleh, directeur de Cabinet, en présidant une réunion de la coalition Benno bokk yakaar, en faisant allusion à la question du troisième mandat.

Le président Macky Sall sait également qu’il a du pain du la planche avec la hausse des prix de certaines denrées alimentaires qui pourraient donner des arguments de campagne à ses adversaires.

Cette pression imposée par le chef de file de la coalition Benno Bokk yakaar conduit à un changement de comportement chez ses responsables politiques, souvent accusés d’inaccessibles. Aujourd’hui, ils sont dans la rue, sourire aux lèvres, avec une attention particulière pour les passants. Le temps d’une campagne électorale ? Le plus important pour ces responsables politiques aujourd’hui est de remporter ces élections territoriales qui seront suivies en principe dans six mois des élections législatives.

Autant de paramètres qui amènent le président Macky Sall à pousser les siens à la victoire, seule issue capable de les maintenir dans le prochain attelage gouvernemental.

%d blogueurs aiment cette page :