GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Recrutement des 5.000 enseignants: Les syndicalistes ne parlent pas le même langage Sergio RAMOS

Lors de son message à la Nation du 3 avril 2021, le chef de l’État avait annoncé le recrutement de 65.000 jeunes, dont 5.000 enseignants, dans le cadre de l’amélioration du système éducatif et de la lutte contre le chômage. Les syndicats d’enseignants, pour ce qui les concerne, sont toujours montés au créneau. Toutefois, ils ne tiennent pas le même discours. Dame Mbodj, secrétaire général du Cadre unitaire du syndicat de l’enseignement moyen et secondaire (Cusems/authentique), qui a toujours dénoncé un recrutement basé sur des magouilles, a été démenti par son camarade, Saourou Sène, secrétaire général du Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal (Saemss). 

Au mois de mai, de nombreux syndicats sont montés au créneau pour dénoncer « une mascarade » dans le recrutement des cinq (5) mille enseignants. Dame Mbodj, secrétaire général du Cu­sems/Authen­tique, Mbaye Sarr du Syndicat autonome pour le développement de l’éducation et de la formation (Sadef) ont souligné avoir relevé des « irrégularités ». « C’est une mascarade orchestrée par M. Mamadou Talla : au lieu de procéder au recrutement digne de ce nom où de jeunes citoyens sénégalais aptes et compétents à servir le système éducatif seraient recrutés, nous avons eu droit à un véritable partage du gâteau entre différents responsables politiques qui jubilent et se targuent d’avoir enrôlé le maximum de jeunes pour leur localité. C‘est ignoble et grave et c’est même scandaleux pour notre système éducatif », avait soutenu Mbaye Sarr.

Le ministère de l’Education nationale avait naturellement parlé d’« accusations gratuites, hasardeuses et infondées». Le porte-parole dudit ministère, Mohamed Moustapha Diagne, avait gentiment demandé aux syndicalistes « d’éviter de dire des choses sans preuve ». Il ajoutera qu’il arrivera un moment où le ministère sera obligé de prendre ses responsabilités parce que des accusations aussi gratuites, hasardeuses, infondées sont inacceptables ».

Démenti

Aujourd’hui, il est rejoint par Saourou Sène. Le secrétaire général du Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal (Saemss) ne trouve rien à dire à propos de ces recrutements. Il prend même le contrepied de Dame Mbodj.

« Il y a eu trop de bruit autour du recrutement des 5.000 enseignants. Mais, quoi qu’il en soit, il faut toujours dire la vérité aux Sénégalais. Ce qu’ont dit Dame Mbodj et autres syndicalistes n’est que du mensonge. Ce n’est pas vrai. J’ai du respect pour Dame Mbodj. Mais il n’a participé à aucune des rencontres avec le ministre », a déclaré Saourou Séne, dans un entretien avec Senego.

Selon M. Sène, les 5.000 enseignants ont été « bien recrutés » dans les normes. « Il n’y a aucun problème. Tous les gens qui sont là, en train de polémiquer, n’ont assisté à aucune des rencontres. Dame Mbodj et Cie doivent éviter de politiser le système de l’éducation qui est un pilier pour nos enfants », recadre-t-il.

Saourou Sène soutient que le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, avait convoqué son interlocuteur direct, le G7 , pour discuter de la bonne démarche à prendre.

%d blogueurs aiment cette page :