GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Politique : Les journalistes dans l’arène Les politiciens ne suffisent plus à la population

POLITIQUE-L’ARÈNE DEVIENT L’ASPIRATION DES JOURNALISTES

Pdf court-il le syndrome Tounkara ?

 

Depuis un certain temps, les politiciens ne suffisent plus à la population. Ceci depuis l’arrivée du président Macky Sall au régime. Des leaders d’opinions, des journalistes spécialisés dans le domaine de la politique se sont joints dans l’arène politique. Pour certains citoyens et collègues, certains journalistes politiques cachaient leur aspiration politique. Par ailleurs, ces journalistes n’ont voulu que porter la voix des populations que les leaders politiques refusent de prendre en considération.

Par Khadidiatou GUÈYE Fall,
Chef du Desk Société

Les élections législatives pointent à l’horizon. La grande surprise pour certains fut la déclaration de Pape Djibril Fall d’officialiser sa candidature pour les législatives de juillet. En effet, le chroniqueur de la Tfm, justifie son acte par une pression venant de la population sénégalaise : « Mon modeste parcours, l’exercice de mon métier, ma soif de connaître mon terroir et d’apprendre des hommes et femmes qui ont fait son histoire m’ont amené à rencontrer le peuple dans son entièreté et sa diversité, à l’écouter, à dialoguer avec lui, à m’enquérir de ses préoccupations et à comprendre ses aspirations fortes et légitimes ». Cette justification ne bloque pas les avis qui viennent des journalistes professionnels et des citoyens sénégalais.

Dans un forum de jeunes journalistes, l’acte de Pape Djibril Fall est approuvé par certains. C’est le cas de ce journaliste-présentateur dans une radio de la place qui soutient que la candidature de Pape Djibril Fall est à saluer. « De mon point de vue, comme je l’ai toujours dit, il faut que les personnes qui pensent être bonnes entrent dans la politique pour renouveler positivement la classe politique », pense le journaliste-présentateur. Sauf qu’il désapprouve la duperie dont Pape Djibril Fall a fait montre aux téléspectateurs : «Je lui reproche son hypocrisie (ce n’est pas une insulte) : il aurait pu, depuis longtemps, assumer ses positions politiques à travers un populisme flagrant».

Pour ce journaliste culturel, rien ne le surprend venant de ce candidat aux législatives de juillet 2022 : ses chroniques extériorisaient ses aspirations politiques. Il a toujours été contre le parti au pouvoir. « Je ne sais pas mais je n’ai pas confiance en Pape Djibril Fall. Depuis le début, je savais qu’il allait descendre dans l’arène politique. Sa démarche du traitement de l’information était un peu préméditée ; en tant que journaliste, je sentais une prise de position qui ne devrait pas être le cas pour quelqu’un qui a appris l’éthique et la déontologie. Néanmoins, je l’encourage. C’est un Sénégalais et il est jeune, il a le droit de profiter de ses privilèges. Mais, de grâce, qu’il soit honnête avec lui-même et avec les autres ».

Anonymat

Cet autre journaliste sous couvert de l’anonymat affirme qu’il n’est pas contre, fondamentalement, mais « que personne ne me dise que c’est un patriote ou qu’il a officialisé sa candidature par engagement. C’est normal si c’est pour l’intérêt du peuple. D’un autre côté, je pense à mon humble avis qu’il aurait pu continuer à défendre le “peuple” avec son micro et sa plume », manifeste le journaliste sportif.

Le cas de Ahmed Aïdara ne laisse pas les Sénégalais indifférents. Ce dernier a su mettre la main à la pâte tout en se rapprochant des populations de Guédiawaye par le social. Par contre, Pape Djibril Fall lui cherchait une immersion dans l’arène politique par le biais de transmission des plaintes de la population, surtout des couches défavorisées. Pour certains, il a juste voulu avoir obtenir les “privilèges” d’un député.

Aïda trouve que Pape Djibril Fall est un Sénégalais qui a le droit d’apporter sa touche à la politique de l’État mais qu’il ne soit pas comme Ahmed Aïdara : « Je l’encourage mais qu’il ne soit pas comme Ahmed Aïdara le maire de Guédiawaye même si, à mon avis, Pape Djibril Fall est assez outillé de bagages intellectuels ». La femme des médias ajoute que : « La plupart de ces gens qu’on appelle “chroniqueur” recherchent souvent une ascension sociale ».
Dans cette même veine, le journaliste culturel revient et fait savoir ses craintes : « J’ai peur que le syndrome de Tounkara le touche. Ce dernier, à un moment donné, a fait une chute spectaculaire dans le cadre politique. Il a eu à faire le buzz et à s’éclipser ».

« Des journalistes politiciens, des activistes politiciens, du n’importe quoi », d’après ce Sénégalais Lambda très préoccupé par l’avenir du pays. Selon ce citoyen, Pape Djibril Fall a le droit de se présenter, qu’il n’attende pas d’être élu pour défendre ses intérêts et non ceux des Sénégalais.

La candidature de certains activistes n’a pas trop secoué la toile, par contre celle des journalistes connus pour la collecte et le traitement de l’information a fait couler beaucoup d’encre. Pour les professionnels de l’information, Pape Djibril Fall a le droit de présenter sa candidature tout restant équitable dans son traitement de l’information. Tandis que d’autres craignent que le syndrome de Tounkara contamine Pape Djibril Fall.

%d blogueurs aiment cette page :