GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Petit-déjeuner avant l’école: le choix pour les Chips est unanime. Où sont passés le lait et les céréales ? Par Sadany Sow

La grève des boulangers semble ne pas impacter le petit-déjeuner des enfants. Presque la majorité de ceux qui se bousculent dans les boutiques ne sont pas à la recherche du pain mais de Chips. Un choix que certains parents ont respecté mais qui représente un danger pour la santé de leurs enfants. Reportage !

À Cambérène, tous les jours ouvrables, les boutiques de Mariama et de Mouhamed sont en concurrence. Entre 7 et 8 heures moins, Les écoliers sont accompagnés par leurs parents ou troupes, pour acheter le petit-déjeuner. « Les enfants en petite section sont la plupart mes cibles», avoue Aliou. « Ils viennent choisir, parfois avec embarras du choix, un sachet de chips. »

Lequel préfère la majorité ?

« Chips pomme de terre, parce que c’est salé». Aliou est le gérant de la boutique de Mouhamed. Très sollicité par les enfants, il nous livre son secret : « C’est très simple : je fais de mon mieux pour mettre à leur disposition les chips qu’ils préfèrent».

Vous faites combien de bénéfice avec ?  

«Oh beaucoup ! Par jour, je peux vendre quatre paquets. De ce fait, pour éviter d’avoir une rupture de stock et perdre les clients le matin de l’école, je renforce de temps en temps mon stock».

À la boutique de Mariama, un petit garçon gère la clientèle. Avare en parole, il explique que le chips et la boisson sont les préférés des enfants pour le petit déjeuner. Rare sont les enfants qui achètent du pain chocolat. « Le thon que je prépare est acheté par les lycéens ».

Pourquoi les parents n’imposent plus à leurs enfants le petit déjeuner à la maison ?

Cette question a animé la boutique de Mohamed. Le débat s’est vite installé lorsque Ma Khoudia, la cinquantaine, a tenté de donner son avis : « Il y a une seule explication à cette question : les mamans d’aujourd’hui sont juste paresseuses ».

Aïda  Sow qui semble être visée, répond avec humour à la dame. « Aïe maman, il ne faut pas nous jeter des pierres ; ce sont les enfants qui ne veulent pas du petit-déjeuner qu’on leur sert » se justifie-t-elle. Mais sa réponse ne convainc pas Ma khoudia. C’est avec un ton autoritaire qu’elle la remballe :  «Voilà pourquoi le Sénégal est devenu un pays avec un drapeau saboté. drapeau bi Thioub nagn ko ; vous laissez vos enfants vous diriger alors qu’à notre époque c’était le contraire. Avec mes enfants, je n’ai jamais accepté qu’ils aillent à l’école sans manger. Je mettais une marmite de kinkeliba en cuisson après la prière de fadjr. À six heures, tout le monde se lève pour prendre une douche, prier, manger par force, réviser les leçons et partir enfin à l’école sans argent de poche. Votre génération, vous vous laissez guider par vos enfants, vous ne prenez plus de temps pour leur servir le petit-déjeuner, et vous voulez qu’ils soient performants à l’école ? ”Dou sotti ”», termine-t-elle en laissant Aïda sans voix.

Étant totalement d’accord avec la dame, Aïda Sow,  mère de trois enfants, explique pourquoi ce changement : « En réalité,  ce sont les enfants qui ne veulent plus du lait chaud avec le pain. Chez moi, les enfants ramènent leurs pains à la descente. Ils ne les touchent même pas. Les miens, les jumeaux, sont en petite section. Le matin, ils ne prennent autre chose que les chips et la boisson. À défaut, ils pleurent jusqu’en classe. La maman aussi a raison. Nous avons perdu le contrôle sur nos enfants et je me demande à quel moment », se demande-t-elle, dépassée.

Les vendeuses de ”pain sauce ” reçoivent pourtant des enfants dans leur cantine. Mais ils sont âgés au-delà de 5 ans. « J’accueille des enfants le matin mais généralement ceux qui fontCE2, Cm1, Cm2, et les lycéens. Ce n’est pas le fait que je sois vendeuse que je le dis, mais je trouve dangereux de laisser un enfant de 2 ans se gaver de chips et boissons le matin. Ce sont des mômes, ils ont besoin de manger des aliments nutritifs pour leur bonne santé ».

 Mais leurs parents disent que les enfants ne préfèrent pas le lait chaud et le pain. Qu’en pensez-vous ?

« Cette théorie n’est pas fondée. Un enfant ne peut pas, de façon poussée, décider de ce qu’il veut ou pas. C’est à la maman de lui faire aimer la bonne nourriture. La vérité, c’est que nous nous prenons pour des Toubabs alors que même eux font respecter le petit-déjeuner à leurs enfants ».

 Les enfants sont-ils en danger ?

 Si l’on se fie aux explications des nutritionnistes, oui. Ils sont en danger : le chip qui contient beaucoup de sel et de graisse a tendance à couper l’appétit des enfants et à les rendre obèses. Après l’avoir consommé, les enfants ont tendance à avoir soif, donc seront automatiquement attirés par la boisson qui aussi est très sucrée et nuisible à leur santé.

Selon la recherche, une petite bouteille de soda contient 7 morceaux de sucres. Les enfants peuvent en boire deux au cours de la journée. Le matin et l’après-midi de l’école, sans compter les week-ends : SOS, maman !

Cependant, l’importance du petit-déjeuner chez l’enfant doit faire l’objet de sensibilisation. Après le câlin de maman, le petit-déjeuner est la première douceur de la journée de l’enfant qui lui permet de faire la liaison entre le monde de la maison et celui de l’extérieur. Un vrai petit-déjeuner est le premier cartable de l’enfant. Évidence ! Il lui fournit tous les outils nécessaires pour grandir en intelligence (la concentration, l’attention, le sens de l’analyse et du retient) et lui permet d’utiliser ses capacités intellectuelles à leur puissance. Pour ainsi amener les enfants à rompre le jeûne le matin, Il suffit de leur présenter un vrai “niam-niam” capable de lui rapporter les nutriments nécessaires. Pour cela, quoi de plus délicieux et sain qu’un petit-déjeuner composé de pain, confitures, omelettes ou œufs brouillés, gaufres, céréales à base (de riz, blé, maïs), chocolat, légumes cuits, fruits, lait ou chocolat chaud…la liste est longue et peut être variée selon les moyens et astuce de maman.

%d blogueurs aiment cette page :