GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Paul Ekman, psychologue américain: “Zeus observateur” Par Chérifa Sadany Ibou-Daba SOW, Chef du Desk Culture

Avec Paul Ekman, on ne cache qu’un instant de soi : capable de lire sur le visage des personnes, il est impossible de mentir ou de camoufler des émotions devant lui. Formateur FBI et conseillé scientifique pour la série télévisée Lie To Me, Ekman est l’auteur de plusieurs livres dont : Je sais que vous mentez, Emotion Revealed Telling Lies (2002) et Emotions Revealed (2004).

Il est cependant assez louvoyant si vous lui demandez si les politiciens aussi sont des menteurs.

Voici sa carte d’identité !

L’un des cent plus éminents psychologues du XXe siècle, Paul Ekman étant né le 15 février 1934 à Washington, fut professeur de psychologie à l’université des sciences médicales en Californie. Il fut l’un des pionniers dans l’étude des micro-expressions (expressions faciales très brèves que fait une personne lorsqu’elle ressent de l’émotion). On parle de la théorie de détection des micro-expressions élaborée à partir de l’étude sur les sociétés primitives et leurs réactions universelles à diverses photographies. Ekman a entraîné le FBI, la CIA et Scotland Yard dans leur quête de la vérité. Reconnu en 2009 comme étant l’une des personnes les plus influentes au monde, au même titre que Hillary Clinton et Barack Obama, Ekman est un génie de la détection de mensonge.

Dans une interview accordée à Marwan Mery, (négociateur et expert en lecture), il a répondu à la question : « Les politiciens sont-ils de bons menteurs ? »

Extrait trouvé dans l’entretien avec Marwan Mery.

Selon Paul Ekman, les politiciens sont des personnes difficiles à décrypter, puisqu’en tant qu’orateurs, ils sont bien plus performants que les personnes de la population courante. « Je regarde constamment les politiciens américains et je pense pouvoir affirmer savoir quand ils mentent » avait-il dit en se justifiant : « Le meilleur exemple sur lequel je me suis penché est celui de Bill Clinton quand il a parlé pour la première fois de Monica Lewinski en utilisant un langage distancier. Il parlait d’elle en disant « that woman » (« cette femme-là ») dans la phrase « I did not have any sexual relationship with that woman » (« Je n’ai pas eu de relations sexuelles avec cette femme-là »). Le fait d’utiliser « that woman » permet de se distancier de l’objet cité, en l’occurrence Monica Lewinski. Je pense que c’est un critère qui pourrait fonctionner dans n’importe quel autre langage »

Influencé par un drame familial (sa mère souffrait d’une grave dépression et s’est suicidée alors qu’il avait quatorze ans), Ekman testa la psychiatrie en 1958. Il se rendit compte en travaillant avec ses patients du poids des émotions dans les troubles mentaux et l’importance pour le médecin de les identifier. Cette capacité à les identifier incombe aux scénaristes pour la description de leurs personnages dans leurs films. Ekman commença donc dès 1954 à étudier les expressions faciales.

Les 7 micro-expressions développées par Ekman

Depuis plus de 50 ans, le psychologue américain a scruté les expressions faciales par lesquelles les émotions s’extériorisent. De façon systématique, il les a cataloguées en répertoriant plus de 10.000 mimiques dont 3.000 possèdent un sens-image. Selon les recherches, Paul Ekman a conçu une liste des émotions de base à partir de recherches transculturelles : il a observé le fait que des personnes isolées du monde ayant une culture d’âge de la pierre peuvent identifier les expressions de l’émotion de personnes sur des photographies dont les cultures sont inconnues. Ekman a conclu que certaines émotions de base sont soit biologiques, soit universelles à tous les hommes : la colère, la joie, le mépris, la surprise, la peur, le dégoût, la tristesse. Ce sont les 7 micro-expressions de base de l’être humain.

Ainsi, il est essentiel de reconnaitre les expressions faciales pour comprendre ce qu’une autre personne peut ressentir.

%d blogueurs aiment cette page :