GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le sevrage, une période aussi difficile pour la mère que pour l’enfant Khadidiatou GUÈYE Fall

Des méthodes malicieuses mises à nu

Depuis sa naissance, l’enfant se nourrit du lait de sa mère. A six mois, son alimentation devient plus riche et variée avec le rajout de petits repas par intervalles. Il commence à s’habituer aux aliments différents du lait maternel. L’heure du sevrage approche !

Dès ses 18 mois, les parents songent à sevrer bébé. Cette période contraignante est aussi difficile pour les deux personnes liées par l’affection à travers les moments de tétées.

De nombreux parents vivent le sevrage difficilement. Ce moment de détachement du sein oblige l’enfant à être de mauvaise humeur. Chose qui s’ajoute à l’état faible de la maman. Cette dernière, à cette période de sevrage, souffre de douleurs mammaires.

Âgée de 29 ans, cette jeune femme vient de sevrer son enfant d’un an et demi. Elle décrit les moments difficiles qu’elle a vécus avec son bébé : « Mon bébé est trop attaché à moi. Pour le sevrer, c’était un problème pour moi et pour lui aussi. Il réclame tout le temps le sein. Mais quand j’ai pris la décision avec son père, on s’est réveillé un bon matin et j’ai procédé au sevrage, le priver le sein. Il en pleurait et faisait des crises. Mais je refusais de lui donner le sein”.

La maman affirme que pour diminuer l’envie de téter, elle enduit le sein de persil. « Cette couleur verdâtre sur mon sein était une méthode pour faire peur à mon enfant qui n’hésitait pas à tenter », précise la maman. Après 5 jours, l’enfant avait complètement oublié le sein : « Pendant le jour, il vaquait à ses occupations, il jouait et regardait des dessins animés mais pendant la nuit, la situation devenait insupportable à tel point que l’envie d’abandonner le sevrage me tente. Il pleurait toute la nuit réclamant le sein. C’est maintenant que je comprends que c’était une question de temps. Il arrive à faire ses nuits sans se réveiller une seule fois ».

Ndèye Bintou, une mère de trois enfants, n’a jamais subi ce genre de supplices. Car elle utilise le biberon dès la naissance de son bébé. Mais son problème se trouve sur comment sevrer son enfant du biberon. « Les enfants ont tous été allaités avec le biberon. Donc je n’ai jamais senti la souffrance du sevrage, mais pour le biberon, mes enfants dépassent les trois années. Ils n’abandonnent pas facilement le biberon”.

Mme Sadio est une femme très active. Elle travaille de 09h à 16h dans une boîte de communication suitée aux Almadies. Son travail avait impacté sur l’alimentation de son bébé. ” Mon bébé tétait le matin avant que j’aille au bureau ; durant la journée, ma petite sœur lui servait son lait industriel avec son biberon. Donc il ne tétait qu’à mon retour du travail vers 19 h. C’est à ce rythme que mes seins ont tari, ils ne produisaient plus de lait. Et mon bébé s’est sevré lui-même sans recourir à une méthode de sevrage”, fait savoir Mme Sadio. En effet, elle a sevré son enfant de manière progressive. Contrairement à ceux qui pratiquent le sevrage brutal qui impacte négativement sur l’alimentation de leur enfant.

Le fait de sevrer ne constitue pas un problème mais comment pousser bébé à ne pas toucher le sein est encore plus important. C’est ce genre de problème qu’a rencontré Nogaye Diène. Mère d’une petite fille, Nogaye a deux fois de suite sevré sa petite fille. D’après elle, sa fille était trop dépendante du sein, sa fille pleurait au point qu’elle n’hésitait pas à lui redonner le sein. Elle ne supportait pas de voir son enfant souffrir. Pour réussir son sevrage, Khar a mis de l’huile de touloucouna appelée encore l’huile d’andiroba et de la cendre sur le sein. Cette méthode réussit à la maman qui parvient à faire peur à son enfant avec le sein : « Quand une amie m’a suggéré de mettre ce mélange sur le sein, je suis aussitôt passée à l’application. La réaction de ma fille était inattendue. Elle suça mais rejeta le sein sur le coup. Elle commence à me fuir et dès que je lui montrais le sein, elle fuyait comme si elle avait vu un monstre. Depuis, elle ne réclame plus le sein ». Pour Khar, c’est une méthode que toutes les mamans doivent adopter avec leur enfant.

Le sevrage peut se faire à tout moment dès lors que l’enfant atteint un an et parvient à s’alimenter de manière équilibrée. Pour une raison valable, des méthodes de privation du sein sont utilisées. Cette période est marquée par des nuits blanches pour certains parents. Loin d’être une chose facile, les enfants aussi en souffrent énormément raison pour laquelle le sevrage progressif est plus recommandé pour le bien être de deux concernés.

%d blogueurs aiment cette page :