GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Dakarcourt 2021 en impressions

Je réponds au nom de Arsène Emmanuel Domeniu Talent Dakarcourt venant du Bénin.

Alors, au cours de la première semaine de cette formation, j’ai appris beaucoup de choses dans le domaine de la machinerie et la rédaction d’un scénario, très important pour un futur réalisateur comme moi. Après cela, on a eu la chance de tourner un court film.

Il en est suivi la semaine suivante des tables rondes, des Master Class et projections de films compétitifs dans lesquels j’ai acquis assez de connaissances.

Je remercie tout le comité d’organisation de m’avoir donné cette grande opportunité dont je vais tirer beaucoup de profits.

Merci !

Mohamed Bachir Samb artiste comédien, de Thiès.

Encadré par le professeur Augustin Diomaye Ngom et Ben Abass, la quatrième édition de DakarCourt a été bénéfique pour moi qui étais venu en tant qu’apprenant. La formation m’a permis de connaître comment écrire un scénario, comment gérer un film écrit c’est-à-dire l’histoire de l’auteur. En tout cas, les différents métiers du cinéma m’ont été expliqués et l’ont été avec passion et professionnalisme.

J’ai découvert aussi le métier de machiniste qui est un métier du cinéma très rare mais je trouve que c’est très rare de devoir ou bien de retrouver un jeune directeur de photos, c’est-à-dire un Magny à Magny , un machiniste en tout cas et ça a attiré mon attention bien que je me sois toujours basé sur le fait d’être un acteur ou soit cinéaste. En tout cas, en deux semaines, j’ai appris pas mal de choses. Les formateurs nous ont mis dans des pistes. Ils nous ont présenté des personnalités du cinéma, ils nous ont donné aussi la possibilité d’intégrer d’autres métiers du cinéma.

J’ai exceptionnellement aimé la formation suivi d’un court-métrage qu’on a travaillé ensemble et présenté même durant ce festival. Donc mon challenge pour la prochaine fois, c’est de revenir avec un court-métrage déjà écrit…Pourquoi pas !

TalentDakarcourt critique

Je m’appelle Ramatoulaye Sy, journaliste culturelle. J’ai eu la chance de participer à la 4e édition de ce festival Dakarcourt durant laquelle j’ai ramassé beaucoup de bagages intellectuels sur le cinéma. Je tenais à féliciter nos formateurs, Baba diop et Olivier Barlet, car ils nous ont permis d’avoir une autre lecture d’une œuvre cinématographique. La générosité à nous transmettre leurs connaissances est inestimable. Ça a été un immense plaisir de vivre cette aventure, deux semaines rigoureuses mais remplies de bonheur : chaque matin on s’empresse de venir apprendre. En avant Dakarcourt !

%d blogueurs aiment cette page :