GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Succession du président Macky Sall: Abdoulaye Daouda Diallo, la botte secrète Sergio RAMOS

Le président Macky Sall condamné, selon certains à ne briguer un autre mandat en 2024 sera-t-il obligé de placer un homme de confiance ? Oui, si l’on en croit le député Cheikh Abdou Bara Mbacké. Selon le camarade de Pape Diop, Abdoulaye Daouda Diallo, actuel ministre des Finances et du budget, par ailleurs responsable Apr à Podor, serait le favori du chef de file de l’Apr : la rumeur n’est pas nouvelle et semble conforter les louanges du président envers son ministre durant le séjour à Podor, lors des tournées économiques dans la zone Nord, du 12 au 19 juin dernier Dans ce cas d’espèce, Macky Sall va-t-il suivre l’exemple de Léopold Sédar Senghor avec Abdou Diouf  avec le fameux article 35 de la Constitution de l’époque ?

En tout état de cause, Abdoulaye Daouda Diallo ne serait pas un mauvais choix pour Macky Sall.

L’élection présidentielle de 2024 reste problématique pour le président Macky Sall. Même s’il est peu bavard sur ce qu’il va faire d’ici là, de nombreuses voix s’élèvent pour prévenir qu’il est exclu du jeu parce qu’il n’a plus droit à un autre mandat. La semaine dernière, le député, membre de la Convergence démocratique/Bokk gis gis, en l’occurrence Cheikh Abdou Bara Dolly Mbacké, a semblé être dans les secrets de Macky Sall. Intervenant lors du vote de la loi modifiant le code électoral, il a révélé que le président Macky Sall était en train de se préparer à   imposer un dauphin au Sénégal. « Le chef de l’Etat entend nous imposer Abdoulaye Daouda Diallo. Nous ne l’accepterons jamais », a-t-il déclaré.

Si ce schéma prend forme, Macky Sall devrait aller plus loin pour mettre tous les atouts du côté de celui que le camarade de Pape Diop considère comme son poulain, par ailleurs ancien directeur général de la Loterie nationale sénégalaise de 2001 à 2003. Il pourrait donc, d’ici 2024, nommer l’actuel ministre des Finances et du Budget au poste de Premier ministre et retoucher la Constitution. Comme le président Léopold Sédar Senghor avait procédé en 1981 pour se faire succéder par Abdou Diouf. En faisant d’abord de lui son Premier ministre et ensuite son successeur à la tête de l’Etat avec l’Article 35.

A l’époque, la Constitution sénégalaise prévoyait que le Premier ministre termine le mandat présidentiel jusqu’à la prochaine élection en cas de vacance du pouvoir.

Macky Sall et l’ancien ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement de septembre 2017 à avril 2019 ont tissé une amitié sans faille, un respect réciproque, une confiance « aveugle », nous renseigne-t-on.

Une confiance totale

Au plus fort de crise pour le contrôle de Podor, le président Macky Sall, par ailleurs leader de l’Alliance pour la République, en recevant une délégation de Podor, a renouvelé toute sa confiance au coordonnateur de l’Alliance pour la République dans le département. Il a lancé à ceux qui seraient tentés de l’oublier, que « pendant la période des vaches maigres, de disgrâce, quand ce n’était pas évident, quand c’était dur », Abdoulaye Daouda Diallo faisait partie des personnes qu’il voyait toujours à ses côtés. Et de poursuivre que « depuis lors, il lui est resté très fidèle et très loyal ». Dans un discours élogieux, Macky Sall avait soutenu que le patron de son parti à Podor, par ailleurs, maire de maire de la commune de Boké Dialloubé 2, « abat un travail important », aussi bien au niveau politique qu’étatique.

Parcours exceptionnel

Mieux, de 2012 à maintenant, le président Macky Sall a maintenu son homme de confiance aux plus hautes fonctions étatiques. Depuis avril 2019, l’inspecteur des impôts de classe exceptionnelle occupe le stratégique poste de ministre des Finances et du Budget. Auparavant, il était, de septembre 2017 à avril 2019, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement. Abdoulaye Daouda Diallo a également été de septembre 2013 à Septembre 2017, à la tête du ministre de l’Intérieur après avoir été, d’avril 2012 à septembre 2013, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances chargé du Budget.

%d blogueurs aiment cette page :