GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Rencontres de Mermoz, Macky-Mimi-ABC : Ententes circonstancielles en attendant la brouille ? Par Mame Gor NGOM, Rédaction centrale, Le Devoir

Les circonstances politiques et surtout le contexte lourd en doutes ont certainement participé aux énièmes retrouvailles entre Aminata Touré Mimi et Macky Sall après une énième brouille. Alioune Badara Cissé, un autre “enfant terrible” de la famille Apr, avait rencontré Macky Sall dans les mêmes conditions en janvier 2020. Des ententes sur du sable mouvant ? Des rencontres dictées par les aléas qui peuvent ne pas résister au temps.

Aminata Touré a encore retrouvé Macky Sall le 7 juin 2021. Les deux personnalités qui se sont rencontrées au domicile présidentiel de Mermoz ont été séparées par une brouille qui a été actée le Premier novembre 2020 avec le départ de Mimi de la tête du Conseil économique social et environnemental (Cese). C’est surtout son remplacement par Idrissa Seck qui a exacerbé les tensions au point que l’ancienne Premier ministre s’est radicalisée et n’a même pas voulu assister à la passation de service.

Aujourd’hui, rentre-t-elle dans les rangs ?

En acceptant de renouer le dialogue avec Macky Sall dans un cadre familial, elle semble être dans une logique de se rappeler au bon vieux temps de l’Alliance pour la République (Apr), elle une des membres fondateurs de ce parti, avec un certain Alioune Badara Cissé. Si Mimi a été ministre de la Justice, Premier ministre avant d’être défenestrée, ABC, ministre des Affaires étrangères, a traversé longuement le désert avant d’atterrir à la médiature de la République. Le cœur gros ?  Ses différentes sorties médiatiques en disent long sur son amertume : récemment, sur la Tfm, il a clairement averti Macky Sall sur les dangers d’une volonté de faire un troisième mandat ; au cœur des violentes manifestations de février-mars 2021 inhérentes à l’affaire Sonko, Me Cissé est monté au créneau pour demander solennellement au président de la République de s’adresser à la Nation pour décrisper la situation.

Il avait fait passer un message puissant à la jeunesse et a mis le président de la République devant ses responsabilités historiques.

Il faut comprendre sa volonté de ne pas attaquer inutilement un chef d’État en situation de crise inédite. Même s’il a fait subtilement le procès de sa gouvernance.

Les événements de mars et leurs retentissements sont derrière nous. Quid des relations entre ABC et Macky ?

Lors d’une rencontre entre les deux camarades en janvier 2020, toujours à Mermoz, Cissé avait redit toute sa volonté “de retourner dans la politique”. Bien entendu, après son mandat à la Médiature, en août 2021.

Les choix de Macky devant ABC

“Je ne peux pas m’éloigner de la politique, ça c’est clair”, a-t-il martelé devant le leader de l’Apr. Non sans préciser qu’il restera à l’Apr. ” Quand même, je l’ai créée et vous voulez que j’aille ailleurs”, répondait-il ainsi aux interpellations de la presse.

Des positions assumées qui peuvent bien peser sur la balance.

ABC tient-il sa revanche ? Dans un contexte lourd marqué notamment par le “ni oui ni non” pour une troisième candidature, sa posture et ses prises de paroles sont singulièrement scrutées. Face à une telle situation, Sall a deux choix : l’affronter ou essayer de l’amadouer pour le neutraliser. La deuxième option semble être la plus pertinente. Reste à voir sa faisabilité. Alioune Badara Cissé serait-il prêt à se dédire sur le mandat, accepter une sorte de compromission pour une “station” de son rang ? Ce serait un revirement qui n’est pas conforme à la personnalité qu’il incarne, aux vertus qu’il défend avec hargne.  Une telle attitude l’eloignerait sans doute de sa base affective et il y perdrait des ailes.

Par contre, il ne perdrait pas grand-chose dans une autre confrontation avec Macky Sall en fin de second mandat.

N’avait-il pas assez “souffert” à la suite de son limogeage spectaculaire en tant que ministre des Affaires étrangères ?

Ce que peut faire ABC…

A court terme, l’actuel médiateur de la République, peut bien jouer un rôle déterminant pour aider son camp à sortir victorieux des joutes locales de janvier 2022. Toutefois, il faudrait qu’il soit au cœur du dispositif et surtout qu’il soit bien “servi” surtout à Saint-Louis, son fief. Il n’a jamais caché ses ambitions là-bas et n’est pas aussi en odeur de sainteté avec Mansour Faye l’actuel édile de la ville et beau-frère du président Sall.

A moyen terme, les législatives sont aussi déterminantes pour l’Alliance pour la République et pour le chef de l’Etat qui aimerait terminer son deuxième mandat en toute tranquillité avant de penser “au troisième”.

Justement, à long terme, le débat sur la troisième candidature devrait être posé par le principal concerné. ABC aura déjà annoncé “ses” couleurs avec un “non” retentissant. Même dénominateur avec Aminata Touré sur ce point précis.

Macky Sall devrait donc cheminer avec ses compagnons rebelles, pour “gérer la situation du moment” tout en sachant que la rupture pourrait intervenir au bout du processus. ABC et Mimi en sont aussi conscients. Manifestement.

%d blogueurs aiment cette page :