GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Passé-présent: Le roi Arthur, Capitaine Bayard du tennis Us

Grand joueur de tennis, Arthur Ashe fut aussi un combattant de toutes les inégalités. Il laisse l’empreinte d’un surdoué lucide et élégant à l’esprit loyal.

Il est décédé victime du virus du sida qu’il avait contracté à la suite d’une transfusion sanguine pratiquée lors d’une opération à cœur ouvert.

Il devient en 1968 le premier Noir vainqueur de l’U.S. Open.

Il a révélé Yannick Noa et fait exclure l’Afrique du Sud de la Coupe Davis.

Né le 10 juillet 1943 dans une famille modeste d’un ghetto de Richmond, en Virginie, Arthur Ashe n’eut de cesse de secourir, par des programmes d’éducation, des manifestations sportives la jeunesse des milieux défavorisés des grandes cités américaines. Ambassadeur itinérant de la cause noire, il participa activement, en 1970, à l’exclusion de l’Afrique du Sud de la Coupe Davis. En France, on se souvient qu’il avait contribué à la découverte de Yannick Noah lors d’une tournée effectuée en 1971 sur le continent africain.

En tant que joueur de tennis, Arthur Ashe laisse l’empreinte d’un surdoué lucide et élégant à l’esprit loyal. S’appuyant sur un jeu d’attaque perforant, fondé sur une perpétuelle prise de risques, il sut faire de la maîtrise de soi le principe essentiel de la stratégie qui lui permit de devenir, en 1968, le premier Noir vainqueur de l’U.S. Open. Ce fut là sa plus belle victoire, avec celle qu’il obtint en 1975 à Wimbledon contre son compatriote Jimmy Connors, à l’issue d’une finale mémorable. Une des dernières aussi d’un palmarès riche de trois épreuves du Grand Chelem (les deux déjà citées et les Internationaux d’Australie de 1970) et de trois succès en Coupe Davis (de 1968 à 1970), remportés au sein de l’équipe américaine, dont il fut, de 1981 à 1985, le capitaine sans reproche.

Victime du virus du sida, qu’il avait contracté en 1983 à la suite d’une transfusion sanguine pratiquée lors de sa deuxième opération à cœur ouvert, Arthur Ashe décède le 6 février 1993.

La légende Arthur Ashe

Arthur Ashe, de par ses performances sportives et son engagement hors des courts, fait partie des joueurs qui ont marqué l’histoire du tennis. Durant sa carrière, le joueur américain a remporté 82 titres (26 en amateur) dont 3 tournois du Grand Chelem (US Open 1968, Open d’Australie 1970, Wimbledon 1975) et s’est classé à la 2ème place mondiale du classement ATP. Ashe a été le premier joueur afro-américain à remporter un Grand Chelem, qui plus est le premier US Open de l’ère Open en 1968.

Hors des terrains, Arthur Ashe s’est battu toute sa vie pour des combats qui lui sont chers : défense des réfugiés haïtiens, lutte contre l’Apartheid en Afrique du Sud mais le plus grand combat de sa vie fut sûrement la lutte contre le Sida car lui-même a été infecté par le virus suite à une transfusion sanguine. Il est décédé des suites de cette maladie en 1993 à l’âge de 49 ans.

La dernière année de sa vie, en 1992, le joueur Américain a créé la fondation Arthur Ashe qui est toujours consacrée à ce jour à la récolte de fonds pour venir en aide aux enfants atteints atteints du Sida.

Le court Arthur Ashe

Grand champion du sport américain, la Fédération américaine de Tennis lui rend hommage avec l’Arthur Ashe Stadium : le court central de l’US Open depuis l’édition 1997. Un stade pas comme les autres puisqu’il s’agit tout simplement du plus grand stade de tennis du monde avec sa capacité d’accueil de 22.000 personnes ! Une démesure, à l’image des Etats-Unis…car bien que très impressionnant, la légende dit que les spectateurs placés tout en haut ne voient pas grand chose du spectacle qui se déroule sur le court. On n’a pas de mal à le croire…

Le court Arthur Ashe peut contenir 22.547 personnes plus qu’aucun autre court. En 2002, le court Arthur Ashe a même été élu…la pire enceinte sportive des Etats-Unis, dû à la mauvaise vue des spectateurs placés tout en haut stade gigantesque.

Très impressionnant le jour, c’est la nuit que le court Arthur Ashe se sublime, pendant les folles night-sessions de l’US Open.

Depuis 2016, le stade Arthur Ashe s’est équipé d’un toit rétractable pour se protéger des changements météorologiques de New-York, notamment les vents violents et les fortes pluies. 5 finales consécutives du simple messieurs (2008-2012) ont été interrompu par la pluie, ce qui a conduit à la décision de construire un toit en 2013.

Arthur Ashe et Le Coq Sportif

Le joueur américain n’a pas seulement laissé une trace dans l’histoire du tennis mais a aussi marqué de son emprunte le monde de la mode ! Tout comme Stan Smith, Arthur Ashe a donné son nom à une paire de baskets d’une célèbre marque de chaussure, en l’occurrence le Coq Sportif.

Ashe a longtemps été l’ambassadeur de la marque française, et à travers une paire de baskets « Arthur Ashe », le Coq Sportif lui rend hommage. En 2018, pour célébrer le titre de l’Américain à l’US Open, le Coq Sportif a même créé une ligne de vêtements rappelant les tenues les plus emblématiques portées par le champion.

Avant de nous quitter en 1993, Arthur Ashe a pris le soin d’écrire ses mémoires parues sous le titre « Jours de Grâce » l’année de son décès. Tennisman victorieux et homme engagé, Ashe pose sur le papier le récit essentiel d’une vie inspirante. Le combat d’Arthur Ashe n’était pas que sur les courts : ses victoires sportives résonnaient comme des victoires sociales pour ce joueur Afro-Américain issu d’un milieu modeste, le seul dans un monde du tennis très riche, très blanc…

—-

Sources :

instantennis.fr

—  Eric CACHELOT,

universalis.fr

%d blogueurs aiment cette page :