GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Pari sur le futur: Cheikh Anta méritait plus et mieux Par Tidiane GADIO, Sociologue, journaliste

Dans l’édition du Devoir de mars 1986, le sociologue et journaliste Cheikh Tidiane Gadio rendait hommage à Cheikh Anta Diop qui venait de nous quitter.

Nous reproduisons cette capacité divinatoire de celui qui a été le ministre des Affaires étrangères de Me Wade et combattant pour la paix en Afrique.

Loin de la querelle d’héritiers présumés, le Dr Cheikh Tidiane Gadio apprécié de partout aujourd’hui a produit il y a près de quarante ans un très bel article d’un journaliste engagé comme il en existait à l’époque. Nous avons redécouvert avec un plaisir inégalé le vocabulaire, la syntaxe et les tournures de ce texte d’hommage à un très grand homme.

C’est un cadeau mémoriel inestimable du Devoir qui rend hommage aujourd’hui à cette capacité de vision sur le futur d’en enfant du siècle

Cheikh est parti. L’heure est surtout au recueillement car, comme le dit une métaphore négro-africaine, « ses os n’ont pas encore refroidi sous terre ». Aussi, seule la dignité est de mise. Mais il reste que l’amertume des Sénégalais (des Africains) est visiblement une amertume coléreuse.

L’Occident impérialiste, angoissé et destructeur nous avait dénié jusqu’à la simple appartenance au genre humain en nous différenciant à peine du singe. Ce constat rend encore plus amer le gâchis énorme qui a résulté de l’isolement et de la banalisation de l’immense « technicien du savoir pratique » que fut Cheikh Anta Diop.

De simples ouvriers m’ont confié 24 heures après sa mort : « On n’a pas voulu utiliser ses connaissances de son vivant, maintenant on va le magnifier en son absence. Ah les Africains !». Cheikh Anta, ami des simples gens, a dû les approuver sans réserve là où désormais il se trouve.

Vigilants se doivent d’être tous les progressistes africains. Après le torrent unanimiste de larmes qui a charrié douleur, révolte et peut-être regrets sincères, il faut maintenant froidement et sereinement méditer et s’approprier les leçons de courage et de constance de Cheikh Anta Diop afin que de tels gâchis ne soient plus possibles dans une Afrique encore reine des souffrances et des humiliations.

Première leçon de courage. Relever la tête et faire face aux grands défis, c’est fatalement dans notre Afrique écartelée et pressurée- opter résolument pour un destin tragique. Cabral, Lumumba, NKrumah, Fanon, Cheikh Anta et même David Diop et Mandela sont de cette race prestigieuse d’intellectuels organiques dont la sincérité, l’engagement et la passion pour les masses n’ont d’égal que les brimades, vexations (et parfois assassinats) qui ont jalonné leur vie de combat. « On n’est rien sur terre si on n’est pas l’esclave d’une cause : celle de la justice, celle de la liberté et celle des peuples » disait Fanon, disaient-ils tous. Ce même Fanon a pu aussi dire « (…) En tant qu’intellectuel (…), je m’engage à affronter le risque de l’anéantissement pour que deux ou trois vérités jettent sur le monde leur essentiel de clarté ». Merveilleuse épitaphe pour la pierre tombale de l’enfant de Thieytou. Car Cheikh aussi a affronté le risque de l’anéantissement et ses deux ou trois vérités hantent et hanteront pour toujours l’histoire falsifiée de l’humanité.

Dévoués aux masses de notre continent, ces intellectuels ont toujours été. Inconnus d’elles, ils ont aussi souvent ou parfois été style élitaire de leur part, ou bien obstruction et écran de fumée entre eux et les masses ! En tout cas, le mythe a bien souvent supplanté la réalité scientifique et féconde de leur œuvre.

Enfant, j’avais entendu et propagé avec la certitude innocente de l’adolescence qu’il existait au Sénégal un homme qui demandait peu de moyens pour éclairer le Sénégal tout entier à partir de Tambacounda avec… une seule lampe. D’autres mythes témoignent encore de l’éblouissement provoqué par le génie de Cheikh Anta.

CONSENSUS

L’impérissable Mao Tsé Toung et Jean Paul Sartre, l’autre symbole attachant, ont bénéficié de plus de clémence que les autres. L’usure implacable du temps leur a quand même laissé le temps de goûter aux fruits si doux de l’arbre universel généré par leur œuvre novatrice. Les autres géants de ce siècle de tragédie, de confusion et de lumière tout à la fois, ont, pour l’essentiel, été incompris, mal aimés, isolés, n’ayant comme compagnon fidèle que le froid mordant de la solitude.

Heureusement qu’en Afrique-deuxième leçon-la mort des grands hommes réunit sur l’essentiel. La symbolique qui entoure les grandes pertes provoque chez nous un moment consensuel exceptionnel. J’ai été ému de voir d’authentiques adversaires politico-idéologiques de Cheikh visiblement bouleversés, assister, les yeux rougis et les dents serrées, à l’oraison funèbre prononcée de façon somptueuse et majestueuse par des amis ou par des officiels à la demeure du défunt. Le moment n’était pas à la démesure et aux rancœurs car Cheikh réalisait, là encore, une œuvre pharaonique (c’est-à-dire grandiose) ultime réunir – en dépit de l’adversité normale – les Africains sur l’essentiel sans contrepartie de reniement ou de renonciation.

Le discours admirable de Iba Der Thiam dont le cœur a parlé plus que le mandat de la raison d’Etat n’a pu néanmoins combler l’absence remarquée de Abdou Diouf lui-même. C’est là un grand rendez-vous avec le peuple, attentif en de telles circonstances, qu’a manqué un homme dont l’arrivée au pouvoir a pu favoriser des ambiguïtés dans la facette homme politique de Cheikh Anta. C’est là me semble-t-il une fissure dans le consensus autour de Cheikh Anta symptomatique du contenu que l’homme du consensus national met dans le consensus qu’il préconise au demeurant.

L’autre fissure, mais celle-là à peine surprenante, vu le manque de finesse réputé du « ministre-rédacteur en chef suprême », est la lenteur de réaction impardonnable de l’ORTS. Et c’est la troisième leçon. Il n’est pas difficile de deviner le faux dilemme qui d’ailleurs n’en est un que pour le journalisme aux ordres. L’équation à résoudre aurait fait sourire le professeur Cheikh Anta. Bien voilà un deuil national frappe notre pays le jour où dans l’entendement de certains «la nation entière attend frémissante Abdou Diouf de retour d’un périple triomphal ».

Alors la solution à l’équation, elle est tristement invariable quoi qu’il advienne dans la vie de la nation, d’abord et toujours le président.

Il est déplorable que notre ORTS soit englué dans un culte de la personnalité tyrannique qui horrifie le simple bon sens. Le Vendredi 7 février 1986, Cheikh Anta, tragiquement, malgré lui, avec son immense charisme, a occupé sans conteste les devants de l’Actualité nationale.

INDELICATESSE ET INDECENCE

Pour des Sénégalais-et c’est mon cas- qui ont appris la mort de Cheikh Anta vers 20h25, il est légitime de se précipiter sur le petit écran. 20H30 : le journal. Trois titres : Retour de Abdou Diouf, Philippines, Haiti ; Point de Cheikh Anta

Le journaliste de service, avec un look visiblement atterré, diffuse stoïquement les 15 à 20 minutes sur l’arrivée du président. Pis : un autre journaliste inspiré par une indécence renversante, trouve le moyen de faire éclater de rire le président à propos de la « douce dame de fer ». Terrible révélation pour les Sénégalais :  la TV est un médium redoutable qui, par un effet boomerang, peut se retourner contre ses utilisateurs. Car je me garderai de rapporter ici les propos et réaction des gens religieusement plantés devant leur téléviseur espérant des images de Cheikh Anta plus qu’autre chose…

En fait d’images de Cheikh Anta, à la 20ème minute du J.T, on aura droit à une pâle image fixe pendant deux petites minutes. C’est peu. C’est insuffisant. C’est injuste. C’est Cheikh A…

Pendant ce temps, au Gabon, à « Africa no 1 », des heures d’émission étaient consacrées à Cheikh Anta avec l’instantanéité qui sied aux exigences d’une station qui se respecte.

Pendant ce temps, au Congo, un deuil national était décrété pour magnifier l’illustre africain Cheikh Anta Diop. Pendant ce temps, des Sénégalais furieux s’interrogeaient :  Cheikh Anta aura-t-il un deuil national comme de Gaulle l’a eu au pays de la négritude et de l’enracinement ? Certes, l’ORTS s’est largement rattrapé par la suite. Côté radio surtout. Pour les images de Cheikh Anta, on attend…. Et on attendra longtemps car l’irréparable a été consommé. Le monde entier va découvrir qu’au Sénégal, terre de démocratie, de pluralisme et d’ouverture, des « géants du savoir » de la trempe de Cheikh depuis douze ans qu’existe la T.V., n’ont pas les honneurs du passage à l’antenne.

Alors veut-on rectifier ? Oui ? Alors faisons vite. Car sur d’autres registres, des Sénégalais tels les Mamadou Dia, Majmouth, Abdoulaye Ly, Abdoulaye Wade, Abdoulaye Bara Diop, Amady Ali Dieng et autres témoins et acteurs majeurs de la vie politique et intellectuelle nationale n’ont plus la fougue de leurs trente années, même si c’est un souhait des dizaines d’années peuvent les séparer du rendez-vous fatal…

Rien que l’atmosphère survoltée et teintée de colère, lors de l’hommage rendu à Cheikh Anta par l’Université, peut prouver aux autorités que sans être forcément bellicistes, les masses ont une mémoire vigilante face aux grandes injustices. Amar Samb de l’Université a été bouleversant de spontanéité (désordonnée certes), mais admirable d’émotions vraies et de révélations poignantes. Cheikh Anta, opposant politique au régime sénégalais, fut cependant une force intarissable et inlassable de propositions généreuses et salvatrices. Cheikh, contre ceux qui arguent de la faiblesse de nos infrastructures, avec son petit laboratoire de l’IFAN, a fait sinon mieux du moins autant que les laboratoires suréquipés d’Occident. Cheikh non-poreux aux honneurs factices n’a pas jubilé lors de son accession au grade de chevalier de l’Ordre National du Lion. C’est ici que son image pure et sublime se superpose à celle de Sartre refusant, à la stupeur générale, le Nobel et autres distinctions, pour leur préférer l’amitié touchante, fidèle, et admirable des simples gens. Amar Samb a bousculé et dérangé. Le Sénégal entier… n’eut été la censure des média d’Etat- aurait dû lire, voir et entendre son précieux témoignage sur le côté être de chair, de sang, de sentiments, de principes de Cheikh Anta.

L’autre homme de courage de cette séance mémorable fut le doyen Aloise R. Ndiaye de la Faculté des Lettres qui n’a pas résisté à l’envie d’être l’interprète de la clameur populaire (des enseignants et des étudiants). Clameur qui a déjà, de fait, baptisé l’Université de Dakar, UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP. Le gouvernement a-t-il senti naître se développer et exploser ce sentiment fort répandu en proposant dans une précipitation suspecte d’associer le nom de Cheikh Anta à l’IFAN ? C’est peu. C’est insuffisant. Cheikh mérite plus… D’ailleurs où est le problème ? L’Université de Dakar est vierge de tout baptême ; alors vivement que les autorités se conforment au commun vouloir des Sénégalais.

Du reste, quand on est bien intentionné, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Aussi, nos propositions sont les suivantes :

  • Que le gouvernement décrète le «7 février journée culturelle et scientifique Cheikh Anta Diop fêtée sur toute l’étendue du territoire national, le deuil national manqué sera vite oublié !
  • Que l’Université de Dakar porte le nom de l’illustre professeur, l’Ecole nouvelle n’en sera que plus rédemptrice et mieux lancée… !
  • Que l’œuvre de Cheikh Anta soit méthodiquement, patiemment expliquée aux larges masses qui ignorent parfois jusqu’à l’existence de l’Egypte antique, afin que ces masses (seules créatrices de l’histoire universelle) en fassent avec l’apport d’autres idéologies progressistes une force matérielle capable de briser les reins à l’Apartheid (désir ardent de Cheikh Anta), vaincre famine, sécheresse, humiliation impérialiste (préoccupation constante de Cheikh)-mettre fin à l’oppression pluri-séculaire de la toujours souffrante race nègre dont le pénible sanglot retentit toujours des Caraïbes aux Amériques, de l’Afrique à l’Europe (souci majeur de Cheikh)
  • édifier les Etats Unis démocratiques et progressistes d’Afrique (volonté permanente de Cheikh)

Nous attendons. Nous agissons. Nous espérons. Quant à toi Cheikh Anta Diop, excuse cette pelletée de terre tardive, mais sache qu’elle n’a pas le poids de ce que la jeunesse africaine te doit.

%d blogueurs aiment cette page :