GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Parcelles assainies – Moussa Sy à bon port: Il dirigera la liste aux Locales de janvier malgré la moue des alliés P. MBODJE

C’est par le stade municipal des Parcelles assainies que Moussa Sy a payé son ticket d’entrée pour les prochaines élections locales de janvier 2022. Son choix ne peut s’expliquer autrement ; hors, la coalition des Parcelles assainies reconnaît la mort dans l’âme que Moussa S’y conduira la bataille en janvier prochain.

Le stade était la principale revendication des jeunes qui avaient organisé un sit-in à cet effet, renforcés par les présidents des zones 8B et 8C ainsi que les représentants de l’Orcav et de l’Odcav.

C’est dire que le terrain qui sera livré sous peu est moins un bilan que la solution d’un espace de réalisation des jeunes quand Dakar ferme les lieux d’expression physique depuis au moins six ans.

Le râle des partenaires de Benno suggère que ce choix leur est imposé et que la forme n’y est pas : de l’Union des Centristes de Baldé au Parti socialiste, la protestation ne peut avoir l’importance de celle de Ziguinchor où Baldé menace de faire sécession ; ici, l’équilibre du conseil municipal permet au maire de faire jouer un mouvement de balancier favorable à ses desseins.

Le maire sortant s’est ainsi maintenu moins pour sa proximité avec ses ouailles que par son habilité à se mouvoir entre des courants de sympathie quand le vent commençait à souffler fort ; Khalifa Sall, par exemple, a été un refuge sécurisant, non sans quelques représailles, notamment dans les programmes locaux : le pouvoir central avait pensé faire payer moins le maire que les populations pour n’avoir pas fait le bon choix.

Les reproches des populations devraient alors se porter à un niveau plus élevé : bloqué, Moussa Sy a pu saisir l’opportunité d’obliger le pouvoir à lui proposer un bilan en échange de son changement de couleur.

Le stade ?

Tout s’est pratiquement joué sur ce terrain dont le chantier a traîné en fonction de la couleur du maire, de Manko Taxawu Sénégal à l’Alliance pour la République, en passant par Takhawou Ndakaru ; la finition a pris l’ascenseur en septembre.

Pour rappel, le stade a été fermé en 2012 pour des besoins d’une reconstruction, en 2013 ; la tribune de 500 places a été démolie pour démarrer les travaux. Ensuite il y a eu beaucoup de difficultés, les travaux ont été arrêtés. Le 04 juin 2017, le ministre Matar Bâ est venu pour la pose de la première pierre et la relance des travaux. Après le sit-in du 19 mai 2021 du  monde sportif dakarois ulcéré par la fermeture des stades à Dakar qui n’a plus organisé de manifestations sportives depuis six ans.

La dernière fois qu’une finale s’est tenue dans ce stade, révèle Le Devoir, c’était en 1999. Elle opposait l’ASC Ndaali à l’ASC Bokk-Jeef, la deuxième édition avait même été délocalisée au stade Léopold Senghor.

%d blogueurs aiment cette page :