GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Macky Sall face aux siens: Ces nouveaux opposants qui déchirent ! Par Mohamed Bachir Diop

Tant qu’il faisait face à l’opposition classique, le Pds et les autres partis politiques dits traditionnels, le président Macky Sall n’avait pas trop de soucis à se faire. Après avoir décimé certains d’entre eux, laissé les autres continuer à perdre de la vitesse, Macky Sall a fonctionné en roue libre pendant plusieurs années.

Le Pds ? Il ne reste plus que Wade et quelques fidèles qui ne savent plus à quelle tête chauve se vouer, celle de Karim ou du père. La LD (debout ou couchée), And Jëff, le Rnd ? Rien que des noms sans plus de contenu, avec très peu de militants et une offre politique quasi inexistante. Ah ! Il y a bien Sonko, Abdoul Mbaye, Boubacar Camara ou encore Khalifa Sall mais, que valent ces trublions face à la machine électorale qu’est devenue l’Apr ? Peu de choses.

Le danger vient plutôt de… l’Apr ! Ceux qui ont quitté le parti présidentiel et la mouvance Benno en raison de divergences avec le chef se montrent aujourd’hui plus à même d’inquiéter Macky. Ils connaissent les failles du système, peuvent déballer sur la mal gouvernance et l’inclinaison familiale de Macky Sall et n’hésitent d’ailleurs pas à le faire.

Thierno Alassane Sall est de ceux-là de même que maître Moussa Diop. Mimi Touré est dans les starting-blocks tout comme Amadou Ba, cependant que ces deux ténors de l’Apr ne font aucune déclaration provocatrice, préférant attendre la bonne heure pour se positionner comme candidats, successeurs potentiels de Macky Sall. Ce n’est pas une simple vue de l’esprit, car leurs partisans sont en train de pousser à la roue et préconisent la mise en œuvre de leurs légitimes ambitions politiques.

Maître Moussa Diop, prudent, n’affiche pour l’heure que sa volonté de prendre la mairie de Podor. Mais Thierno Alassane Sall, en créant son propre parti politique, la République des Valeurs montre clairement qu’il ne saurait se contenter d’une mairie, son vœu est d’accéder au Palais Présidentiel.

Quant à Aminata Touré dite Mimi, il est clair qu’elle ne crachera pas sur la possibilité de devenir la première femme présidente de la République du Sénégal. Si elle ne laisse pas paraître cette intention pour l’instant, rien n’indique qu’elle ne le fera pas dans les mois à venir car ses partisans, qui ne digèrent toujours pas son éviction sont en train de la présenter comme la seule personnalité capable de tenir tête à Macky Sall. Rien qu’à cette éventualité, cette dame forgée d’un caractère d’airain ne saurait résister aux suggestions de ses partisans qui souhaitent la voir à la place de Macky.

Le ver est déjà dans le fruit et il est fort probable que la chute de Macky proviendra des siens.

%d blogueurs aiment cette page :