GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

M. Djiby Ndao, enseignant à la FASEG: Les entreprises ont subi d’énormes pertes durant toute la période de pandémie Par Khadidiatou Gueye FALL

Djiby Ndao est analyste économique et enseignant à la FASEG. Il donne une interprétation plus approfondie de la cherté de la vie et propose une solution.

En cette période de crise, certains employeurs adoptent des méthodes radicales pour s’en sortir financièrement. Deux options s’offrent aux entreprises sénégalaises : une baisse drastique du salaire ou le licenciement. Pour éviter les licenciements économiques, plusieurs entreprises ont opté la baisse temporaire des salaires.

En effet, une hausse du salaire minimum entraîne une baisse de l’emploi, et ce pour deux raisons. D’une part, elle contraint parfois les entreprises à augmenter le prix de leurs biens et services, ce qui peut inciter les consommateurs ou les acheteurs à réduire leurs achats ; par ailleurs, lorsque les travailleurs faiblement payés deviennent plus «coûteux» par suite de l’augmentation du salaire minimum, les entreprises peuvent décider de remplacer certains d’entre eux par des machines, conduites par quelques travailleurs qualifiés («effet de substitution»).

Si ces effets sont très marqués, le niveau global d’emploi des travailleurs faiblement rémunérés peut chuter et cela va accroître davantage le taux de chômage au Sénégal marqué par une abondante main-d’oeuvre non qualifiée.

 

Pour lire la suite, visualisez l’article en ligne à la page 6 de notre journal ou téléchargez le gratuitement :

%d blogueurs aiment cette page :