GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Lessive/Pressing-La modernisation de la lessive s’impose au Sénégal: Les machines à laver commencent à s’implanter dans le marché sénégalais Khadidiatou GUÈYE Fall

Par manque de temps, les femmes sont contraintes de se trouver une lavandière pour l’entretien de leurs vêtements. Très engagées et avec une méthode de travail organisée, ces femmes parvenaient à nettoyer, sécher et repasser les habits en une seule journée. Constitué le plus souvent par des femmes ressortissantes de la sous-région, le secteur de la lessive a connu un moment où les hommes se sont joints aux femmes. Des hommes d’origine guinéenne ont pénétré ce secteur en un moment donné.

Mais, de nos jours, le travail manuel commence à disparaître à cause des linges faits avec les machines à laver. De nombreux magasins sont ouverts à ce titre. Cette corvée consommatrice d’énergie des lingères devient désormais moderne avec un gain de temps et d’énergie mais qui consomme beaucoup d’électricité et d’eau.

Trois options se présentent pour le client : une lessive unique faite avec les machines à laver, un linge séché et un linge passé au séchage et au repassage.

De manière détaillée, Mouhamet Ndiaye, un gérant d’un service de lavage avec des machines, nous expose le fonctionnement de sa petite entreprise.

Avec ses quatre machines, Mouhamet parvient à assurer le service. Malgré la densité du secteur, Mouhamet n’a que le dimanche pour arrêter les machines. Du lundi au samedi, il s’attèle au lavage des vêtements. Il nous confie que le lavage avec les machines est plus rapide par rapport au linge manuel. “Notre particularité, c’est sur le prix : au lieu de hausser le prix par rapport aux autres, on a fixé le kilo de linge à 250 fr pour attirer la clientèle”, affirme le gérant.

Avec un marché qui tend vers l’expansion, le secteur de linge avec les machines se positionne pour freiner la lingerie manuelle faite dans les maisons par les “Ndiagos”.

Il ne manque pas de problèmes avec les gérants et les clients. Car ” il arrive que les vêtements d’un client soient abîmés par la machine, ils ne sont pas tous compréhensifs”.

Les inconvénients ne manquent pas dans ce domaine d’activité. Mouhamet soutient que la rentabilité n’est pas fortuite car la mauvaise gestion peut mener à une perte ; en plus, les émigrés ont tous compris l’enjeu d’importer les machines. Donc” presque tous les Sénégalais de l’extérieur évoluent dans ce secteur en envoyant des machines à leurs parents d’ici”, dixit Mouhamet.

Étant donné que la concurrence est très dense, Mouhamet se montre courtois et respectueux pour fidéliser la clientèle, en plus de proposer un prix raisonnable. Son ambition est d’acquérir le plus de machines possibles pour ouvrir d’autres boutiques.

Le travail de Mouhamet Ndiaye est salué par cette jeune femme étudiante de Master 2, en Droit portuaire. Sous couvert de l’anonymat, elle déclare que les machines à laver lui sont d’une grande aide. “C’est grâce aux machines que je parviens à gagner du temps pour mes études et pour entretenir mon corps, surtout mes ongles. Je trouve que la lessive est très ch…. Ça dépense notre énergie et notre temps ; donc mieux vaut amener les habits sales à la lingerie plutôt que perdre son temps. A chacun son travail, c’est la modernisation” confie l’étudiante l’air coquette avec ses longs ongles.

Mame Fate, une dame de la quarantaine, amène souvent son linge à la machine. Son travail et les tâches ménagères ne lui donnent pas le temps de faire la lessive. En s’organisant, elle sépare les habits des enfants de ceux de son mari. ” Puisque la machine ne parvient pas à enlever certaines tâches tenaces, je préfère y amener les habits de monsieur et laver moi-même les vêtements des enfants ; soutient Mame Faye. Elle regrette la négligence de certains gérants qui ne savent pas parfois à quelle vitesse la machine peut abîmer les vêtements. Néanmoins, elle économise du temps et de l’énergie.

L’utilisation des machines à laver devient très fréquente à Dakar et sa banlieue. Très sollicitées par la population qui délaisse progressivement le lavage manuel, les machines à laver commencent à se faire une place dans le marché sénégalais. D’après nos interlocuteurs, c’est un moyen de gagner du temps, surtout pour les femmes qui sont débordées par le travail et les tâches ménagères.

%d blogueurs aiment cette page :