GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Les locales fixées au 23 janvier 2022: Macky déboute l’opposition Fanny ARDANT

Les élections locales, qui devaient se tenir en juin 2019, auront finalement lieu en 2022. A travers un communiqué de presse rendu public ce lundi 10 mai 2021, le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diome a informé que conformément aux dispositions de l’article 1er de la loi n°2021-24 du 12 avril 2021 portant report des élections territoriales, le chef de l’Etat Macky Sall a, par décret n°2021-562 du 10 mai 2021, fixé la date du prochain scrutin pour le renouvellement général des mandats des conseillers départementaux et municipaux au dimanche 23 janvier 2022.

Les nombreux reports des élections territoriales ont été récusés par les membres de l’opposition qui indiquent que celles-ci auraient pu se tenir fin 2021. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?  En tous cas, la date du scrutin a été officialisée par Macky Sall ; celle-ci va se dérouler courant janvier 2022. Par conséquent avec près de trois ans de retard. Les conseillers départementaux et municipaux élus le 29 juin 2014, toujours en poste, verront leur mandat prolongé jusqu’au prochain vote.

Avec deux reports précédents et initialement prévu en juin 2019, le scrutin avait déjà été renvoyé à novembre 2019, puis à mars 2021 et avait été validé par l’opposition. Mais cette fois, le changement du calendrier passera-t-il ? Dans tous les cas, le Front de résistance nationale dit maintenir sa position déjà exprimée : « De respecter le calendrier électoral et d’organiser les élections locales en cette année 2021. »

Selon le FRN, les termes de référence de l’audit du fichier électoral et l’évaluation du processus électoral ont été envoyés le 6 février 2020 aux autorités. Ces transmissions sont restées sans réponse, malgré les nombreux rappels de la Commission politique et l’accord de l’USAID pour financer l’audit du fichier électoral.

« Ce n’est qu’au mois de novembre 2020 que le processus a été repris ; aussi, les experts de l’audit et les évaluateurs du processus électoral ont été sélectionnés au mois de janvier 2021 », a rappelé le FRN, pour qui, « si l’audit du fichier a démarré depuis mi-février 2021, le pouvoir vient seulement informer que l’évaluation du processus électoral va démarrer le 01 Avril 2021 ». Toujours d’après cette frange de l’opposition, « toutes ces précisions sont faites pour montrer que « les lenteurs administratives » notées relèvent de la seule responsabilité du Gouvernement ».

« Aujourd’hui, tous les pôles politiques et la société civile s’accordent pour l’organisation des élections locales d’ici la fin de l’année 2021. Seul le pôle de la majorité avait proposé un report à février 2022, en dépit de tous les arguments techniques développés par les autres parties prenantes », regrettent ces opposants. C’est pourquoi le FRN dit maintenir sa position déjà exprimée de respecter le calendrier électoral et d’organiser les élections locales en cette année 2021, les élections législatives en 2022 et le scrutin présidentiel en 2024.

En conséquence, le FRN, tout en dégageant ses responsabilités de toute « nouvelle forfaiture en la matière », met en garde le Gouvernement face à toutes « les conséquences que de nouveaux reports pourront engendrer ».

%d blogueurs aiment cette page :