GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le projet “Bus Rapid Transit” et ses impacts: Les chauffeurs et les passagers plus que touchés Par Khadidiatou GUEYE

Dans sa volonté de créer des routes, le chef de l’État Macky Sall s’est penché sur un projet denommé “Bus Rapid Transit” (Brt). Ce projet s’inscrit dans une vision  de projet urbain global à utilité publique. Il constitue une réelle opportunité de “transformation qualitative de la physionomie de Dakar de remodeler les espaces publics aux standards internationaux, d’encourager les modes actifs et de restructurer le réseau des transports en commun dans son ensemble”. Le Brt, de concert avec la Commission d’Études du Transport urbain dakarois (CETUD), va contribuer à la “concrétisation d’un double objectif de  mettre fin à l’extrême pauvreté et de promouvoir une prospérité partagée en améliorant l’accès à l’emploi et aux marchés par la mise en place d’un réseau de transport collectif efficace avec un rapport qualité prix satisfaisant”. C’est la CETUD, autorité organisatrice et régulatrice des transports urbains de Dakar, qui a été désigné par l’État comme maître d’ouvrage du projet BRT. Il s’arrêtera à 23 stations dont 3 pôles d’échanges à Guédiawaye, Grand Médine et Petersen. Le projet BRT aura 144 bus articulés pouvant contenir 150 passagers chacun, avec un tracé de 18,3 km. Le temps de parcours réduit est de 95 minutes à 45 minutes en moyenne, traversant 14 communes. Le projet devrait être mis en service en 2022.

Les travaux ont été lancés depuis octobre 2019  par le président Macky Sall. Et pour qu’il soit typique à la maquette, des populations ont été déplacées, des maisons se trouvant sur le tracé du Brt ont été détruites. Le projet compte plus de 13.000 impactés d’après le Conseil exécutif des transports urbains de Dakar (Cetud). À Guédiawaye, à Grand- médine et aux Parcelles Assainies, le schéma reste le même :  des maisons vides ou mentionnées “Brt” sur la devanture. Les habitants déplacés du tracé du Brt ne sont pas les seuls impactés. Des commerçants et ouvriers n’ont pas été épargnés.

 

Lire la suite de l’article à la page 3 de notre journal ou en le téléchargeant gratuitement :

%d blogueurs aiment cette page :