GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Le Adiya du procureur pique Me Babou Les magistrats se fâchent

Incidents au Tribunal de Grande instance de Diourbel

L’Union des Magistrats du Sénégal

condamne les “actes inqualifiables” de Me Babou

Au cours de l’audience correctionnelle tenue le mardi Premier juin 2021 par le tribunal de Grande instance de Diourbel, Maître Abdoulaye Babou avocat à la Cour, sous prétexte de son appartenance à la communauté mouride et au mépris des règles élémentaires de courtoisie et de respect qui prévalent au sein de l’institution judiciaire, a tenu des propos outrageants à l’endroit du représentant du Parquet, à qui il a imputé des propos sortis de sa seule imagination.” C’est l’Union des Magistrats  du Sénégal qui s’exprime ainsi dans un communiqué daté du 3 mai 2021.

Plus grave encore, poursuit le document parlant de Me Babou : “Il a incité l’assistance au soulèvement en jouant sur la fibre sensible des fidèles mourides et tenté de livrer le magistrat à la vindicte populaire.”

“Non content d’avoir troublé gravement l’audience, manqué de respect au pouvoir judiciaire, incité à la violence et mis en danger la vie d’autrui, il a persisté dans son dessein subversif en se rendant devant les médias pour soutenir, sans aucune indication concrète, que celui-ci avait tenu des propos injurieux ou outrancier à l’égard de Serigne Touba“, s’indignent le juge Télico et ses camarades.
L’Ums condamne ainsi fermement “ces actes inqualifiables qui, au delà de l’offense particulièrement injuste faite au collègue concerné, constituent un affront fait à l’institution judiciaire dans son ensemble” Elle rappelle que le respect dû à la Justice s’impose à tous, y compris les avocats, et manifeste à cet égard sa vive désapprobation et sa profonde indignation quant au comportement de cet auxiliaire de justice.
Aussi invite-t-elle les autorités judiciaires “à engager les poursuites qui s’imposent et se réserve le droit d’user de tous les moyens légaux pour que pareil acte ne se reproduise“.

Me Abdoulaye Babou avait accusé le substitut du Procureur de Diourbel lors de ladite audience, d’avoir tenu des propos discourtois à l’encontre de Serigne Touba et d’avoir employé le mot “Adiya” hors contexte, ce qui l’avait passablement irrité et suscité un échange assez vif entre les deux parties. Ce que l’Ums déplore.

Le Devoir

%d blogueurs aiment cette page :