GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

La mouche, l’invitée indésirable: C’est l’horreur et il n’y en aura jamais assez Chérifa Sadany Ibou-Daba SOW

Elle est pourtant d’une grande utilité pour l’écosystème ; donc « ne pas faire de mal à une mouche »

Avec son cousin le moustique, la mouche est capable de rendre fou n’importe qui. Écœurante, dégoûtante, embêtante oui, mais sa capacité d’opportunisme laisse coi. Voilà pourquoi elle reste un insecte à ne pas se défaire.

Ne placez pas mal la virgule cette fois-ci. On a bien dit : « Chassez, pas tuer ! ».

Cet insecte muni d’une trompe qui fait qu’il soit difficile à traquer, a une grande utilité pour la société grâce à sa participation à la sauvegarde de l’écosystème. Décomposeur, la mouche est selon Kevin Ouilli un maillon essentiel de la chaîne alimentaire. « Beaucoup de poissons se nourrissent de mouches. En termes d’utilité, leurs larves sont utilisées en médecine pour nettoyer et cicatriser certaines plaies ouvertes. Elles sont aussi essentielles pour la reproduction de fleurs et de plantes » informe-t-il. Donc “ne pas faire de mal à une mouche”.

 Moche, lorsqu’elle est aperçue à travers un microscope, avec ses ailes transparentes, sa couleur noire à grise et sa tronche horrifiante, la mouche est pourtant bien représentée sur le portrait d’un chartreux, peint par Petrus Christus en 1446. Quand même il faut avouer qu’elle fascine. Pas seulement les peintres, Serigne Fallu aussi : « En tant que biologiste, je suis fasciné par la mouche du côté de sa morphotype avec ses pattes, antennes et ses ailes. Sa manière de se mouvoir aussi m’impressionne. Cela en effet fait partie de l’embranchement des arthropodes. Mais du côté bien-être, elle me dérange,  surtout lorsqu’elle peut m’empêcher de déguster une mangue de la Casamance », confie-t-il avec humour et revient sur la morphologie des insectes : « Voyez-vous, dans la classe des insectes, le corps, composé d’anneaux, est divisé en trois segments : tête, thorax et abdomen. Les membres sont toujours au nombre de six, avec une ou deux paires d’ailes. Ils possèdent, les insectes, l’équivalent d’un squelette externe (exosquelette) qui se compose d’anneaux plus ou moins réguliers et complets, réunis de manière plus ou moins solide. Cet élément conserve une certaine flexibilité aux articulations, mais il présente une dureté considérable. On nous a appris que les insectes respirent au moyen de trachées et disposent d’un système vasculaire rudimentaire ».

Pour les mouches, détails supplémentaires, mais particuliers à chaque groupe d’insectes, on a, sur la tête, deux yeux composés, trois ocelles ou yeux simples, une paire d’antennes et des pièces buccales de type suceur ou piqueur, une paire d’ailes et une paire de balanciers sur le thorax. Les anneaux de l’abdomen ne portent pas, en général, d’appendices », nous append-t-il.

Inspecteur d’enquête

La mouche ferait-elle une bonne inspectrice dans une enquête ? En effet, grâce à son comportement, celui de pondre ses œufs sur de la viande en décomposition, il est possible en médecine légale de déterminer la date de décès d’un corps et de déduire les lieux dans lesquels le corps a éventuellement été entreposé.

La coexistence des mouches avec l’homme n’est jamais pacifique. Apparemment, elles l’ont bien cherché : les mouches tourbillonnent dans les chambres tièdes ; elles sont nuisibles, envahissantes, collantes et énervantes à cause de leur bourdonnement. Ce qui fait qu’elles sont mal aimées par l’être humain.

« Je les déteste. Je n’aime pas être dans un endroit où elles sont. Sinon, je n’arriverais pas à me concentrer, à dormir, à rester sur place. Et c’est pourquoi, même s’il y a une seule mouche dans ma chambre, je fais tout pour qu’elle sorte en utilisant de l’insecticide ou un morceau de tissu », déclare Seydina Alioune Fall.

Malgré l’appel à faire preuve de compassion, vu que leur durée de vie, selon les espèces, est de 20 à 70 jours, Amadou Djigo refuse de sympathiser : « Elles m’énervent,  je vous assure. Je ne peux pas les saquer. D’ailleurs j’oublie même leur utilité à la minute qu’elles se posent sur moi. Je tape, je pompe, je me débarrasse d’elles », conclut-il sévèrement.

C’est vrai que d’une part, les mouches ne sont pas faciles à vivre. Elles sont attirées par la saleté, les ordures, excréments, urines, égouts, cadavres, sueurs, bétails… Elles sont une cause de dérangement et apportent des souillures dans les habitations. Bien qu’elles nettoient et participent à l’élimination des déchets organiques produits par différents êtres vivants, elles peuvent aussi transmettre des maladies comme le choléra, la leishmaniose ou la maladie du sommeil. Un insecte contradictoire de par ses fonctions mais qui, comme tous les êtres sur terre, est très utile. Il est cependant bien temps de s’en rendre compte.

%d blogueurs aiment cette page :