GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Korité 2021: Et si une seule se célébrait ? Khadidiatou GUÈYE Fall

Au Sénégal, célébrer deux Korité est une coutume malgré les organisations religieuses mises sur pied.

Dans trois jours, les musulmans vont fêter l’Eïd El Fitr. Cette fête marque la fin du mois de Ramadan entamé depuis quatre semaines. Mais tout comme le début, la fin du Ramadan pose un dilemme à certains musulmans. L’entame du jeun s’est fait dans la divergence.

Comme chaque année d’ailleurs, les musulmans se dispersent pour commencer le Ramadan. La même situation s’installe quand on doit célébrer la korité. Un constat qui perturbe un bon nombre de fidèles. Ces derniers se perdent dans leur religion à force de remarquer l’absence de convergences dans la prise des décisions.

Ibrahima Gaye est un jeune de 19 ans. Assis sur un pneu enfoncé au sol, au niveau de la porte de sa maison, il s’attèle à déchirer des cartons dans une grande bassine. Quelques moutons rôdent autour de lui. Pour ce passionné de l’élevage, le manque d’accord sur les jours de célébration des fêtes religieuses ne devrait pas causer de soucis. « Je pense que la commission de concertation sur le Croissant lunaire provisoire est là pour ça. Trouver un terrain d’entente pour que les fêtes religieuses se fassent le même jour”, a-t-il déclaré. Ibrahima pense que la commission de concertation est la solution pour la célébration unique de la korité.

Cette vendeuse de tissus voit le contraire. Sokhna Arame, elle se nomme. Son inquiétude, c’est comment une commission composée des confréries du Sénégal et une coordination des musulmans du Sénégal n’arrivent toujours pas à imposer leur décision : « Depuis que j’ai eu connaissance de l’existence de cette commission de concertation, ce n’est que trois ou deux fois que j’ai assisté à une korité nationale. Donc je ne vois pas le besoin de mettre sur pied cette commission”. Sokhna Arame en conjure les musulmans de rester unis dans l’Islam au lieu d’accepter de se laisser disperser.

Certains musulmans n’ont même pas eu vent de l’existence de cette commission. Pour eux, le feu vert doit émaner du ” ndigeul”. C’est le cas de cette mère de famille. Âgée de 31 ans, elle attend toujours la confirmation du “ndigeul” par son mari très proche d’une famille religieuse. “Mon mari est en contact avec les fils du khalife général. Il attend toujours le “ndigeul”, et moi je me fie à lui”, se plie-t-elle.

La réaction de la femme n’est pas du goût de sa cousine qui préfère ne pas étaler son identité. Diatou (nom d’emprunt) dénonce la séparation des musulmans pendant les fêtes religieuses. Elle accuse les confréries d’en être à l’origine : « Je crois aux confréries et leur mission de pousser vers l’islam et vers sa pratique est indiscutable et qu’on ose le dire. À force de nous appuyer uniquement sur elles, on finit par devenir une branche au sein de la religion. Si chaque personne attend le ndigeul émanant de sa propre confrérie,à quand l’unité ?Être de confréries différentes ne doit pas signifier être de religions différentes, tous les chemins doivent mener vers le prophète” raisonne-t-elle, malgré la sensibilité du sujet.

Célébrer la korité à l’unanimité est le rêve de Papa Abdou, un chauffeur à la retraite. Selon lui, il n’y a pas deux Islam. La religion musulmane est une seule et unique. ” De quelle que confrérie on appartienne, on doit toujours rester unis dans nos actions, dans nos paroles et dans nos décisions. Soyons unis”, implore le sage homme.

C’est dans la dispersion que la korité a été célébrée l’année passée. Cette année, la même situation risque de se produire vue que le ramadan a débuté dans la divergence. La commission de concertation sur le Croissant lunaire mise en place de manière provisoire et la coordination des musulmans du Sénégal sont les deux organisations islamiques devant édifier les musulmans sur les jours de fêtes religieuses et autres décisions. Mais, il semblerait que ces organisations ne sont pas parvenues à trouver un consensus sur les sujets déterminés. D’autre part, l’attente du “ndigeul” favorise une korité fêtée en deux jours.

%d blogueurs aiment cette page :