GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Evincé de son poste de DG, Moussa Diop prit goût au Dem Dikk: Entre les plateaux de TV, qui se l’arrachent De notre correspondant à Matam

Tchombe fait le buzz pour avoir piétiné la ligne rouge du grand chef, fait voler aux éclats craintes et peurs.

Comme Moïse traversant le buisson ardent, pourrait-il sauver son peuple des dérives ?

Pour Moussa Diop, un troisième mandat présidentiel égale un coup d’Etat constitutionnel. Pas plus, pas moins.

Têtu et casse-cou, faisant fi des menaces du Lion, Moïse planta sec son bâton sur le deuxième et dernier mandat. Et prêche son peuple : le pouvoir est du domaine de Dieu, vouloir le confisquer mène à l’instabilité.

Va-t-en-guerre, Moussa n’en a cure des intimidations. L’avocat du barreau de Paris se révèle aux Sénégalais, un “niakk” plein de tact, d’aplomb. Plein d’assurance et d’une désinvolture insolente.

Un provocateur né comme l’atteste un soutien d’une grande famille maraboutique.

Un fort en gueule, qui ne s’entoure pas de prudences dans ses sorties, qui n’enjolive pas son speech. Il crache ses vérités crues, peu importe qu’elles aient l’air de plaire ou pas à son entourage.

Le leader du parti « Alternance Générationnelle/Jog Jotna », après avoir emboîté les pas de Moustapha Diakhaté et de Sory Kaba, est le porte-voix des sans-voix, ceux qui n’ont plus de voix depuis que l’épée de

Damoclès plane sur leurs têtes.

Ceux qui ont rabattu leur caquet pour de bon, ceux qui maugréent sous leur caftan dans les ruelles désertes. Ceux victimes de crimes de faciès, de personnalité forte.

Moussa Diop serait-t-il, comme il le laisse croire, un dur à cuire, quelqu’un qu’on ne mène pas facilement à l’échafaud ?

Celui qui avait proposé que Ilaa Touba soit plié pour être délocalisé Ilaa Fouta ne manque certainement pas de ressources pour tenir tête à son patron et refuser d’être égorgé comme un pauvre poulet de chair par le premier cuisinier venu.

Les casseroles, il y’en aura toujours pour les “enragés”, les proscrits.

Non content de vous éjecter, saisi au collet, on vous demande d’aller vous rendre et de rendre compte à l’Ofnac et on vous remplace ou promeut à côté un potentiel rival politique.

Tout compte fait, Moussa Diop est sur le point de prendre son envol, de s’en aller. Il l’a confirmé quand Macky Sall s’est ligué avec Idrissa Seck. Et s’il le savait, disait-il, il n’allait pas voter pour lui pour la Présidentielle.

%d blogueurs aiment cette page :