GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Contribution: « J’imagine ma vie en afrique… demain ! » Par Ndèye Maguette Guèye

Une Afrique « libre », une Afrique qui survit de ses propres moyens, qui a besoin de son Africain et non d’un étranger. Une Afrique qui se nourrit, s’habille, s’abreuve de ses ressources locales, qui saura mettre en valeur sa culture bafouée dans le passé. Comment un continent avec tant de ressources naturelles peut ne pas se développer ? Usons ces ressources et développons-nous nous-mêmes.

Une Afrique qui s’éclaircit à l’absence du soleil par le soleil, une climatisation naturelle avec ce soleil, le courant électrique grâce au soleil valorisant ainsi la création de panneaux solaires et notamment le développement de la science. Cette Afrique n’aura pas besoin d’importer des gaz pour fournir de l’électricité à ses populations. Cette Afrique n’aura pas besoin de l’intervention des étrangers pour régler les différends entre Africains, ni de leur avis pour le jugement d’un Africain, ni de leur accord pour instaurer des changements …Même s’il y’aura toujours une intégration mondiale, ce ne sera pas nous Africains les débiteurs mais plutôt les créanciers. De ce fait, nous ne serons pas victimes de rééchelonnement. Plus d’Afrique endettée. Adieu l’Afrique marginalisée. Cette Afrique va instaurer ses langues nationales dans ses écoles. Au revoir les langues étrangères.

Une Afrique « unie » : une union africaine, un seul gouvernement, et donc un seul Etat pour notre chère Afrique gouvernée dans la stabilité politique à l’absence de coups d’état, de guerres civiles, de rebellions, de dictature, etc. Une Afrique de bonne gouvernance avec des dirigeants qui ne sont pas obsédés par le pouvoir. Une Afrique avec une limite du mandat présidentiel car il ne faut pas laisser la gourmandise détruire notre démocratie. Dans ce cas, il faudra diminuer les pouvoirs du chef de l’Etat africain qui seront remis aux sous-présidents, c’est-à-dire aux représentants du président dans chaque pays devenu région africaine. Et ces Etats-Unis d’Afrique auront une monnaie commune qui leur est mienne. Plus de franc CFA, plus de franc guinéen, plus de naïra, plus livre, plus de dalasi, de cedi…

David Diop
David Diop

Une Afrique « intellectuelle » : où il n’y aura pas de supériorité de classe sociale. Une Afrique où il n’y aura pas de différence entre castes et nobles, où les ressortissants universitaires n’auront pas à envier les sportifs, où les diplômes universitaires vaudront leur pesant d’or, où la citoyenneté trône sur la parenté, ou l’analphabétisme cède sa place à une forte alphabétisation. Une Afrique où toute personne saura lire et écrire, où la jeunesse incarne le courage de Nelson Mandela, l’intelligence de Cheikh Anta Diop, la fierté de David Diop, la bravoure d’Aline Sitöe Diatta, etc. Une Afrique où la femme n’est plus maintenue dans l’obscurantisme, où elle a droit au chapitre et n’est plus cette femme au foyer qui n’agissait que sur le bon vouloir de l’homme, où le mérite n’a pas de sexe, où la femme est valorisée et responsabilisée. Une Afrique de parité.

L’Afrique « des filles » : où la naissance d’une fille est un cadeau et non un fardeau, où les filles sont autant aimées que les garçons, où on finance leur éducation autant que celle des garçons, où les filles ne sont pas excisées ni infibulées, où elles ne sont pas violées ni en Afrique ni hors de Afrique, où il n’y aura pas de mariages forcés ou précoces et les filles sont à l’école du préscolaire jusqu’à l’université. Vive l’éducation des filles

Dans cette Afrique, la femme n’est plus seulement bonne à faire des travaux ménagers mais peut plutôt être celle à robe noire pour la défense des intérêts de sa patrie. Halte aux violences faites aux femmes !

Aline Sitoe Diatta
Aline Sitoe Diatta

L’Afrique « géant agricole » : avec de nombreux facteurs favorables à notre disposition, avec la disponibilité des terres, la diversité climatique, la modernisation soutenue par l’Etat, etc., cette Afrique deviendra un géant agricole avec d’importantes productions diversifiées et variées : l’arachide, la canne à sucre, le café, l’agrume …Cette agriculture sera soutenue par un complexe agro-industriel.

Une Afrique « Industrialisée » : où la production est dominée par l’automobile, la chimie, l’aérospatial, l’aéronautique, la sidérurgie, le textile, le matériel militaire, l’électroménager, etc. Cette Afrique s’ouvrira sur l’extérieur et alimentera un grand pourcentage des exportations. Cette Afrique fera partie des plus grands exportateurs au monde et connaîtra des excédents sur sa balance commerciale. L’Afrique d’une gestion confiée à la technostructure qui met en œuvre des stratégies pour assurer une rentabilité.

L’Afrique « de droits » : où les droits de l’enfant sont les priorités des adultes, où les enfants sont choyés et soignés, sont éduqués et écoutés, sont aimés et respectés. Une Afrique où les enfants sont avec leurs familles à coté de leurs parents reçoivent l’amour de leurs parents, grandissent avec leurs parents, où les parents sont responsables et responsabilisent leurs enfants en les amenant à l’école pour qu’ils acquièrent du savoir et deviennent utiles à leur propre patrie,  où les enfants ne sont pas abandonnés sous prétexte de pauvreté dans les « daaras » où leurs opinions sont tenus en compte pour prendre les décision, où ils ne sont pas exploités. Donc une Afrique sans maltraitance des enfants, sans tristesse des enfants, sans enfants de rue, sans « talibés ». Halte aux maltraitances faites aux enfants.

Dans cette Afrique, les lois et règlements sont respectés, applicables et appliqués sur tous : il n’y a pas de préférence entre célébrités et simples citoyens.

Une Afrique « saine » : la santé pour les enfants, la santé pour les femmes, la santé pour les vieillards, la santé pour tous dans une Afrique où les structures de santé sont suffisantes, où les personnels de santé sont formés, qualifiés et motivé, où les malades sont apaisés, consultés puis soignés. Dans cette Afrique, les gens dorment sous les Moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA) pour combattre cette maladie qui est le paludisme qui fait tant de ravage dans notre chère Afrique. Stop le paludisme !

Nelson Mandela
Nelson Mandela

Dans cette Afrique, les personnes sont habituées à se laver les mains avant les repas, à nettoyer leurs latrines ; la propreté en Afrique et disparaissent les maladies du péril fécal.

Dans cette Afrique, les relations sexuelles sont protégées et le dépistage prénuptial privilégié. Adieu les infections sexuellement transmissibles (Ist), au revoir les grossesses non désirées.

Dans cette Afrique, être enceinte est une joie et accoucher n’est plus un risque. Une Afrique où les médicaments ne sont jamais en rupture, où ils sont accessibles pour tous, où il n’y a plus de médicaments de rue et les produits pharmaceutiques sont préférés aux pharmacopées traditionnelles. Une Afrique où il y a une symbiose entre médecine moderne et médecine traditionnelle.

Une Afrique où la quantité cède sa place à la qualité des aliments que nous mangeons. On ne cherchera pas uniquement à se remplir le ventre mais aussi la vitaminisation de l’organisme. Ainsi faux sera l’adage qui dit que ventre plein Nègre heureux. Dans cette Afrique, les personnes ne sont pas complexes à pratiquer du sport ,ça ne sera pas une perte de temps mais plutôt un moment de loisir ,de détente mais aussi et surtout de combat .De combat ,oui car nous combattons les maladies cardiovasculaires et l’obésité .

Dans cette Afrique les malades ne sont pas stigmatisés mais sont réconfortés et apaisés ; ils ne sont pas à l’écart du monde des vivants. En somme plus de santé précaire.

Une Afrique « citoyenne et bien dotée » : où l’amour de la patrie est un devoir, où les biens publics sont protégés par tout un chacun, où l’argent ne se thésaurise pas mais s’investit pour l’essor économique du continent facilité grâce à la jeunesse de sa population, à la diversité climatique, à l’importance qu’on accordera à l’apprentissage, à la richesse de ses sols, sa nature sauvegardée, ses beaux palmiers, ses forêts magnifiques, ses lacs, ses marigots…

En résumé, nous imaginons dans le futur une Afrique de paix : une Afrique de droits, d’égalité, développée et unie…

VIVE L’AFRIQUE ! VIVE LE CONTINENT DE L’AVENIR !!!

Ndèye Maguette GUEYE,

Etudiante en physique-Chimie,

Université Cheikh Anta Diop

%d blogueurs aiment cette page :