GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Climat/Fraîcheur: Au mois où les habitudes vestimentaires et alimentaires oscillent, à nos couettes et pull overs Khadidiatou GUÈYE Fall

Après plus de 6 mois de chaleur, l’air frais nous effleure les narines. Le mois de décembre est connu pour sa fraîcheur glaçante. C’est le début du froid. Et l’arrivée de cette période fait osciller le comportement, l’habillement, l’alimentation et autres du Sénégalais. Plusieurs paramètres le confirment. Il s’agit d’une adaptation avec les moyens du bord.

Les fêtes de Noël et de fin d’année coïncident avec la période froide au Sénégal. Pas besoin de sentir la fraîcheur pour s’en apercevoir. Il suffit d’observer les Sénégalais dans leur façon de s’habiller, de manger, pour en tirer la conclusion. C’est une période assez différente de celle qui la précède.

Au Sénégal, la chaleur accable la population au point qu’elles l’ont insérée dans leur existence. Mais quand il fait froid, un changement s’opère à tous les niveaux.

À première vue, la façon de s’habiller change radicalement. Les tenues décontractées sont rangées tout au fond de l’armoire. C’est le moment de sortir les pulls, les couettes, les longues manches, les chaussettes, les chaussures fermées… Tout est question de se couvrir entièrement le corps.

Ndèye Salane habite à Pikine rue 10. Sa maison est non loin d’un grand espace. La maison se situe dans un environnement où le vent souffle fort. Pour se protéger contre la poussière et le froid, Ndèye Salane met une panoplie de mesures. ” D’abord, la première chose à faire, c’est de me couvrir le corps avec mes pulls avec des dessous. Et puisqu’en général la plante de pied me gratte à cause du froid, je mets des chaussettes avec des chaussures fermées. Je me protège le cou avec une écharpe », liste-t-elle. L’air très accrochée à la mode, Ndèye Salane utilise des perruques avec un béret stylé pour se couvrir la tête : « Je tiens beaucoup à la poussée de mes cheveux. En général, pendant cette période, les cassures des cheveux sont très abondantes. Mais avec la crème capillaire que j’utilise et les perruques que je mets, les cheveux ne seront pas exposés, et là je pourrais prévenir la chute des cheveux”.

Tissus lourds

Ndèye Salane a déterminé sa façon de s’habiller en fonction de la mode, mais Mère Nafissatou, une dame de la soixantaine, les tissus lourds comme le wax sont favoris, comparé aux tissus légers comme le voile. « Nous sommes des personnes âgées, notre âge ne permet pas de porter et de suivre la mode. Nos petits-enfants peuvent porter des vestes en cuir et en jeans, mais nous, nous avons notre d’accoutrement. Néanmoins, on trouve les moyens de nous couvrir pendant le froid : il y a des étoffes lourdes importées conçues pour se couvrir et aussi des pagnes tissés créés au niveau local » prétend Mère Nafissatou.

Selon la soixantenaire, le changement vestimentaire n’est pas l’unique chose à se préoccuper. L’alimentation connait également des oscillations. Car beaucoup de personnes cherchent à se réchauffer avec un café bien chaud. C’est ce que confirme Badou, un jeune de la trentaine. « Quand il fait froid, je prends du café chaud régulièrement chez le vendeur de café Touba. Ça me permet de me réchauffer » se justifie-t-il.

L’aspect vestimentaire et alimentation change le plus souvent mais dans certaines zones, la fraîcheur pousse à être casanier.

« Durant la période froide, les rues sont désertes dès 19 heures. Tout le monde rentre chez soi, surtout les mariés : ils se précipitent pour profiter des bonnes odeurs que leurs femmes leur réservent. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’hommes ont hâte de voir la période froide s’installer. Ils deviennent tous casaniers en un temps records » lance Monsieur Diop, un homme marié depuis 7 ans. Selon Monsieur Diop, ce moment où la fraîcheur glace tous les sens est crucial pour les mariés qui en profitent pour rester à la maison et se rapprocher.

Cette approche est confirmée par Anta, une femme mariée. Selon cette femme Laobé, ces débuts de la période fraîche est un moment que les femmes entendent avec impatience : « Ce temps nous permet à nous femmes de renforcer nos arsenaux de séduction. Mon mari rentre tôt, donc pour ne pas le laisser ennuyer, je fais recours à mon art de séduction tel que encens, perles de reins, parfum… pour m’approprier de mon mari. Pour réchauffer mon mari et le « réchauffer intérieurement », j’utilise de la braise, de l’encens et de l’encensoir ».

La deuxième femme affirme que les changements d’habitudes se produisent à tous les niveaux pour ne pas pâtir de la fraîcheur.

Depuis quelques jours, il fait un temps assez beau. Le soleil apparaît à peine, un vent frais souffle à tout bord. C’est la période froide qui s’installe progressivement. À son arrivée, les habitudes vestimentaires, alimentaires changent. D’où une recherche d’adaptation au climat. Les pull-overs, les vestes, les pagnes tissés, les couettes sortent de leur tiroir. Sans oublier le thiouraye et ses dérivés qui se donnent une occasion pour marquer leur empreinte.

%d blogueurs aiment cette page :