GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Casamance : Macky Sall devant l’Histoire Faire taire le Mfdc ou liquider la rébellion ?

DÉMANTÈLEMENT DU MFDC

Commandant Macky Sall

pour entrer dans l’histoire

Le président Macky Sall est en passe de faire taire le mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc). Cela pourrait conduire à l’extinction de ce conflit vieux de plus de quatre décennies et qui n’a étalé tout au long de son existence que malheur et désolation.

 

Le président Macky Sall s’est montré en véritable chef de guerre déterminé à en finir avec le banditisme. Ordonnant à l’Armée nationale de finir le boulot, notamment en Casamance. « Je renouvelle mon soutien à ceux et celles parmi vous qui sont déployés au service de la paix dans le monde, et en opérations pour la défense de l’intégrité territoriale, et la lutte contre la criminalité transfrontalière et le pillage de nos ressources naturelles. J’ai donné ordre à nos Forces de défense et de sécurité de poursuivre sans répit ces opérations jusqu’à ce que tous les objectifs assignés soient atteints », a souligné le chef de l’Etat. Il s’exprimait le 3 avril dernier, lors de son adresse à la Nation commémorant le 62e anniversaire de notre accession à la souveraineté internationale.
Le président Macky Sall veut marquer d’une pierre blanche son passage à la tête du Sénégal. Après des échecs répétés sur le règlement de la crise en Casamance, de feu Léopold Sédar Senghor à Abdou Diouf en passant par Me Abdoulaye Wade, ce problème n’a jamais trouvé de solution. Au contraire, des accusations de corruption et de détournements de deniers publics ont toujours jalonné ce dossier avec des « messieurs Casamance ».
Contrairement à ses prédécesseurs, Macky Sall qui a fait du règlement de ce problème une de ses priorités, n’a pas lésiné sur les moyens et les ressources humaines. Il a également pris le temps de se construire un bon voisinage en Guinée-Bissau et en Gambie. Des zones qui constituaient jadis des bases arrière du Mouvement des Forces démocratiques de Casamance (Mfdc).

Sa détermination, sa volonté d’en finir avec ce dossier commence aujourd’hui à donner des fruits. Après la destruction des cantonnements des maquisards de la faction de César Atoute Badiate, dans le front, les militaires sous la direction de Macky Sall ont fini de chasser Salif Sadio. Considéré depuis des dizaines d’années comme un intouchable, il est devenu introuvable aujourd’hui. Ses bases sont sous le contrôle des forces de défense et de sécurité républicaines.
Cette étape constitue une véritable libération pour les personnes déplacées et réfugiées. Les populations ont longtemps fui leurs localités pour se retrouver en Gambie ou ailleurs, dans le front nord et en Guinée Bissau ou autres pour les populations se situant dans l’axe du front sud.
Il reste aujourd’hui au président Macky Sall de terminer le travail pour entrer définitivement dans l’histoire du Sénégal. Il sera le président à avoir réussi à régler ce conflit vieux de plus de quatre décennies. Le travail sera alors de remettre à ces populations de retour dans leurs localités respectives leur dignité. En mettant à leur disposition les moyens nécessaires pour reprendre une vie normale. Ce sera la reconstruction et l’équipement des villages.
Ramener la paix dans cette région riche en ressources naturelles de toutes sortes constituerait une victoire sur tous les plans. En montrant sa détermination à en finir, Macky Sall pourrait marquer d’une pierre blanche l’histoire politique du Sénégal. Ce sera bien entendu la fin d’une histoire douloureuse qui aura affecté des milliers de familles pendant plus de quatre décennies.

Sergio RAMOS

 

Permis de tuer

La détermination du président Macky Sall après les diverses couleuvres avalées en Casamance est interprétée comme un permis de tuer. La chasse à l’homme lancée contre Salif Sadio s’achève avec le nettoyage des autres campements essaimant le long de la frontière avec la Gambie, traditionnelle zone de repli des combattants : depuis le 6 avril dernier, une guerre totale est menée contre les derniers bastions du Mouvement des Forces démocratiques de Casamance après la fuite des leaders contre lesquels des mandats internationaux ont été lancés.
Les dernières opérations de sécurisation de l’Armée et l’absence de résistance font penser à une prochaine victoire des pouvoirs publics dans une région où l’esprit d’indépendance est solidement ancré.

Le nettoyage depuis ce mercredi 7 avril rappelle l’enfer de feu du nord Sindia qui a décimé récemment les rangs des combattants de Salif Sadio dont le campement a été rasé.

%d blogueurs aiment cette page :