GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Pauvre Mbaye “Parcelles”: Perte 10, perte Der Par Habib KÂ, Chef du bureau régional de Matam, Thilogne

À force de jouer au vieux sioux, à trop vouloir cultiver et entretenir des animosités puériles avec son cousin peulh et frère de parti,

Mbaye “Parcelles” en était arrivé à supporter la présence de Moussa Sy, pourtant son bourreau en 2014.

Combien de résolutions, de déclarations, de cabales orchestrées, de dénonciations et lynchage médiatiques jusqu’au limogeage du pauvre frère du gouvernement !

L’acharnement continuait de plus belle, avec la passion et la fougue d’un taureau devant un drapeau rouge agité

Que n’-a-t-il pas fait pour humilier ce ministre de l’Économie et des Finances persona no grata, venu militer dans le même quartier que lui ?

Devant des jeunes montés de toutes pièces, des femmes du parti pourtant séduites par les projets de l’argentier de l’État, des propos désobligeants fusaient de la bouche de Mbaye “Parcelles”. Propos qu’un responsable politique, père de famille, de surcroît sérére bon teint, ne devait jamais tenir.

Des insinuations graves que AB, même après sa mise à l’écart  de la République, continuait de comploter contre le chef de l’État pour prendre sa place.

Mbaye “Parcelles” était-il sous l’emprise d’un “seytaan” qui lui faisait voir dans ses illusions un Amadou Bâ occuper tous  ses espaces, lui ravir la notoriété acquise du temps de leur fronde contre Abdoulaye Wade avec Moustapha Cissé Lô  El Pistelero ?

Mbaye Ndiaye, comme tout conservateur, pense que l’Alliance pour la République (APR) c’est lui et c’est pour lui seul. Or que chaque jour que Dieu fait, il y’a des forces vives qui émergent avec l’intelligence du temps et les ressources qui vont avec.

À force de pousser  son frère ennemi au bout du précipice, comme sait bien le faire le scarabée sacré, Amadou Bâ miraculé fut hissé coordonnateur national de Benno Bokk Yakaar et lui et sa bouse de merdier dans le trou.

Pris au dépourvu, le fragile ex-ministre de l’Intérieur et directeur informel des Structures du Parti a réuni quelques ouailles pour déclarer sa nouvelle flamme à sa dulcinée Parcelles Assainies qu’un jeune premier lui avait ravie et pour qui elle s’était éprise, d’un amour quasi-fusionnelle.

Il fallait le dire Mbaye. Il fallait l’avouer à temps avant que les dés ne soient jetés. Il fallait être juste, franc, courageux aussi pour dire à ton jeune frère Macky Sall que tu nourrissais encore des sentiments fous pour Dame “Parcelles”.

Trot tard Mbaye, les dés sont déjà jetés. Qui voterait pour toi.? Même en criant pour une première fois le nom de Amadou Bâ que tes accompagnateurs ont repris en chœur.

Tu perds Mbaye, fruit de ta récompense pour n’avoir jamais joué en ut majeur, mais créer des contradictions, les exacerber puis rendre les relations exécrables et implanter un écran de fumée entre le président, le parti et Amadou Bâ. Pourquoi tout ça ? Comme si le malheur de fon frère  pouvait alimenter ton bonheur.

%d blogueurs aiment cette page :