GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Vacances et loisirs-On s’amuse avec les moyens du bord pour préparer la rentrée Khadidiatou GUÈYE Fall

Un budget bien défini pour clôturer les vacances

Les grandes vacances tirent à leur fin. C’est l’occasion d’en profiter le maximum pour permettre aux enfants de clôturer leur congé et reprendre le chemin de l’école. Cela nécessite pour certains un budget dégagé pour passer une journée ou un week-end en famille dans des endroits paradisiaques.

L’année scolaire est sur le point de pointer le bout du nez. Epanouissement et défoulement font l’essence des grandes vacances. Il s’agit de les terminer en beauté. Mais pour ce faire, cela demande un certain moyen. Raison pour laquelle pour certaines familles, ça vaut le coup d’épargner une somme importante pour satisfaire les caprices de leurs enfants.

Monsieur et Madame Hann sont un jeune couple marié depuis 16 ans. Avec trois enfants, le couple ne s’empêche pas de sortir de leur maison pour changer un peu d’air.  Un week-end en famille est de leur habitude à la fin des vacances pour divertir leurs enfants.

« Les vacances doivent être un moment ludique pour les enfants. C’est pourquoi, je fais tout  mon possible pour les satisfaire avant la rentrée pour les motiver à persévérer durant l’année scolaire », soutient Monsieur.

Ce dernier choisit les lieux d’attraction des plus conformes avec l’âge de ses enfants,  peu importe la somme que cela exige : « C’est grâce à une tontine que je parviens à organiser ce week-end. La tontine regroupe deux autres amis qui comptent divertir leurs enfants et se joindre à moi ». Ce père y met le prix pour encourager ses enfants et les pousser à redoubler d’effort en classe.

N’ayant pas les moyens d’organiser une sortie seuls, des élèves s’en tiennent aux soutiens de leur proche parent. Bernadette Mendy, une fille âgée de 16 ans, se défoule pendant les vacances. Mais chaque année, elle part à la plage avec sa famille. Pour les dépenses, leur oncle s’en occupe entièrement. « Notre oncle s’est toujours occupé des frais de notre rencontre pendant les vacances. Il le fait chaque année pour nous encourager à renouveler les efforts », explique Bernadette. D’après elle, son oncle ne jette pas son argent à la fenêtre, il cherche à motiver ses neveux à bien travailler à l’école.

Avec les moyens du bord

Avec le peu de moyens qu’ils ont, les membres de cette modeste famille font la fête quand l’occasion se présente. Entre sortie, rencontre au restaurant, promenade et ambiance à la maison, la famille Ndiaye se défoule. Leurs activités se font souvent avec des cotisations par personne. L’aînée de la famille affirme : « Pour nos rencontres et sorties, nous nous organisons avec nos moyens. Nous sommes au nombre de 7, mes deux frères et moi avons chacun un travail qui nous permet de gérer ses besoins personnels. Donc, je m’organise avec mes deux frères en cotisant chacun 10.000 Fr pour que mes deux petites-sœurs et deux frères puissent décompresser en attendant la rentréeBeaucoup de personnes pensent que c’est du gaspillage, ça fait partie de la vie d’un élève de pouvoir oublier un peu la vie scolaire. D’autant plus que neuf mois de concentration fournie ne peuvent être compensés par une ou deux activités ludiques ».

Contrairement aux précédents interlocuteurs, Matar n’est pas dans ces futilités consistant à dégager un budget pour divertir ses enfants. Selon lui, les enfants n’ont pas exigé de l’argent pour se divertir car tous les parents ne disposent pas de moyens. « L’ambition est là mais les moyens font défaut. Si mes enfants ont envie de sortir pendant les vacances, quoi de meilleur que d’aller à une plage accessible à tous avec un cornet d’arachides grillées  et une bouteille d’eau ? Sincèrement je ne suis pas dans ces folies de bouffe très chère», dénonce le père débrouillard. Il termine par dire que une somme de 500 franc peut suffir pour les trucs de sortie familiale car d’autres personnes arriveraient à se débrouiller avec cette somme pour la dépense quotidienne.

Avant la rentrée, les jeunes, particulièrement les élèves, s’adonnent à des sorties et rencontres. C’est une occasion de profiter des vacances pour mieux préparer l’année scolaire. Dans certaines familles, c’est une tontine qui est placée, chez d’autres, la cotisation est impérative pour l’épanouissement des élèves. Tandis que d’autres s’en limitent aux moyens du bord.

%d blogueurs aiment cette page :