GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Télévision, Devenir mature ou immature au Sénégal: La polémique sur les réseaux sociaux Le peuple sénégalais accusé et critiqué de préférer les Pawlish, Ouzin Keita… a tout simplement décidé de regarder les originaux plutôt que les fades et sottes copies des Pawlish politiciens des Ouzin Keita politiciens du pouvoir comme de l’opposition…

Par Chérifa Sadany SOW

Le Sénégalais est libre de choisir l’adjectif qui le qualifie le mieux. Mais la polémique va bon train entre les populations. Tout ce bruit repose sur comment réussir à sortir de la situation que vit la majorité de la population sénégalaise au lieu de s’attarder sur des futilités : si certains ont choisi d’être matures, d’autres préfèrent ajouter un préfixe au mot : les immatures, on les nomme.

 

L’urgence nationale est la décompression en ces moments de galère et de stress. Au moment où les politiciens jouent à échec et mat et à comment gagner de l’argent tout en restant nuancé, les Sénégalais eux ont fait leur choix, pas sur les votes (ce n’est pas encore le moment) mais sur comment réduire la pression tout en restant pauvre.

Partout, ils ont sollicité le gouvernement pour qu’il leur vienne en aide dans le domaine économique, éducatif, social, de l’emploi des jeunes. Mais leurs efforts sont vains et cela depuis des années de combat.

Après la nomination de Idrissa Seck ‘’Niitou Thiès’’ à la tête du Conseil économique, social et environnemental (CESE), les Sénégalais ont décidé de boycotter les débats politiques qui, selon eux, n’ont servi à aucun changement sur la manière de gouverner et cela malgré multiples propositions qui y sont souvent évoquées. La preuve : vendredi 20 novembre, trois grandes télévision ont chacune diffusé un programme : deux parlaient de politique, l’autre de divertissement. Et pendant que trente cinq mille téléspectateurs préféreraient les comédiens, les deux autres chaînes se partageaient les mille deux-cents téléspectateurs. C’est là qu’a commencé la polémique.

Un groupe sur Facebook « Luttons contre l’indiscipline au Sénégal » a invité les Sénégalais à réfléchir sur le choix qu’ils ont fait ce jour-là. Dans la même logique, Aly Lô, un fidèle abonné de la page, a donné son point de vue. « Quand « Jakarlo » peinait à avoir deux mille vues sur YouTube, « Confrontation » en totalisait plus de trente mille. C’est dire que les gens ont besoin de déstresser au lieu de suivre tout le temps des débats politiques qui ne leur apportent rien ».

Nafissatou Dramé partage l’idée. Elle préfère regarder des comédiens plutôt que ces hommes politiques qui n’ont, selon elle, rien à leur apprendre. Elle ajoute : « On en a marre puisqu’on est pauvre et très endetté et si l’occasion se présente, on choisit la décompression ».

Et ça a continué à débattre entre les matures et immatures. Chacun pointe l’autre du doigt et lui reproche soit d’être trop coincé ou soit trop irresponsable. Pourtant, le célèbre activiste, Guy Marius Sagna a tenté de recadrer le débat houleux qui a alerté nombreux sites d’informations en écrivant sur sa page que « Le peuple sénégalais est encore accusé, critiqué de préférer les Pawlish, Ouzin Keita… quelle critique facile ! Que lui a-t-on proposé et donné en modèle à ce brave, pauvre et petit peuple sénégalais ? » S’interrogea-t-il avant de reprendre. « Des hommes et femmes atteints de la vache folle politicienne. Des politiciens dont la seule expertise est de tromper et plumer le peuple. Des politiciens qui critiquent les ‘’dames de compagnie’’, qui promettent deux mandats et finissent par dire ‘’ni oui ni non’’… Le peuple sénégalais a tout simplement décidé de regarder les originaux plutôt que les fades et sottes copies des Pawlish politiciens des Ouzin Keita politiciens du pouvoir comme de l’opposition… qui ne savent que mentir, trahir, se servir, abrutir, abêtir, voler… ».

Son intervention a été interprétée de différentes manières par les Sénégalais. Et ceux qui ne sont pas en accord avec lui restent minoritaires. Toutefois, les Sénégalais savent-ils la vraie définition de maturité ?

La Larousse dit que c’est la période de la vie caractérisée par le plein développement physique, intellectuel et affectif. Il est donc clair que regarder des émissions comiques ou chercher à s’épanouir ne fait pas de l’homme un immature. Cela dit aussi, être mature ne veut pas dire être capable de changer le monde… bien que souvent cela puisse avoir un rapport. Mêmement, avec tous les jeunes intellectuels que le Sénégal a aujourd’hui, l’émigration clandestine continue d’inquiéter le peuple. Ainsi, l’histoire de maturité reste insaisissable.

Qu’appelons donc être mature ? Et comment le devenir au Sénégal ?

%d blogueurs aiment cette page :