GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Stratégie nationale de vaccination: Achat ou don ? P. MBODJE

Que faire quand « le leadership » de Macky Sall rencontre la diplomatie chinoise, en pleine pandémie du Coronavirus et du plan national de vaccination ? Quel achat face à un don ? Ou, plutôt, quel achat pour compléter quel don ?

Car Macky Sall qui avait demandé de trouver rapidement une stratégie nationale de vaccination et une offre indépendante de celle groupée de l’OMS et de l’Union africaine, qu’il pourrait payer de sa poche à défaut de trouver les ressources nécessaires auprès de nos partenaires de l’intérieur ou de l’étranger. Sagesse, générosité, calcul ? Où classer un éventuel don chinois, communautaire, continental multilatéral par rapport au budget d’acquisition de vaccins dans le cadre du plan national de vaccination déposé le 13 janvier dernier ?

La Chine en pleine diplomatie a déployé l’arme de la piqûre de rappel en mettant gracieusement un certain nombre de vaccins à la disposition du continent, concomitamment avec l’Organisation mondiale de la Santé et l‘Union africaine. Abdoulaye Diouf Sarr l’a innocemment avoué le 12 janvier dernier, dans un tweet aussitôt retiré mais que certains avaient déjà capturé ; on prétendra plus tard que ce n’était pas le site du ministre de la santé et de l’Action sociale : la présentation sur fond noir n’est pas en effet le protocole habituel sur twitter.

Tel le petit Poucet, le ministre de la Santé et de l’Action sociale avait pourtant passé la semaine du 7 au 14 à parsemer son chemin d’indices diplomatiques : en  conférence ministérielle, il s’est appesanti sur le “leadership” du président Macky Sall, en pleine prospection pour le choix d’un vaccin qui aurait, prudent, demandé d’explorer d’autres pistes et de ne pas se limiter au seul cadre Covax ou Oms. L’argument peut tenir la route quand la guerre du vaccin fait rage en Occident.

Dès la première semaine de janvier, le penchant vers l’empire du Soleil levant était manifeste même si, en déposant en Conseil des ministres du 13 son dossier sur la “Stratégie nationale de vaccination”, Abdoulaye Diouf Sarr a pris le soin de noyer Sinopharma dans un groupe de cinq firmes soumissionnaires retenues.

%d blogueurs aiment cette page :