GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Sonko et la mairie de Ziguinchor: Pari risqué ou confirmation d’un leadership Par Habib KA, Chef du bureau régional de Matam, Thilogne

Ousmane Sonko peut-il tenter l’exploit ? La bataille pour le fauteuil de maire de Ziguinchor s’annonce âpre : déboulonner le balèze député-maire Abdoulaye Baldé, un travail de titan ; Sonko réussira-t-il à le faire ? Pari risqué ou confirmation d’un leadership ? Le chêne et le roseau, une fable de Monsieur La Fontaine ?

Fort de ses résultats très satisfaisants dans la Basse Casamance à la Présidentielle de 2019, face au président sortant Macky Sall, le leader de Pastef peut compter dessus, toute chose étant égale par ailleurs. Toutefois, en politique, les événements ne se produisent jamais à l’identique : en trois ans, bien des données ont pu changer.

Ousmane Sonko pourrait-il conserver son score de la Présidentielle d’il y a presque trois ans ?

Tout dépendra du maintien ou non de la candidature du maire sortant Abdoulaye Baldé, président de l’Union des Centristes (UCD), et du rappel à l’ordre par Macky Sall des francs-tireurs Benoît Sambou, président du CNDT et Doudou Kâ, Directeur général de l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) pour un tir groupé contre le fils de la Casamance.

Abdoulaye Baldé, en tout cas, bien calé sur son fauteuil de maire de Ziguinchor depuis 12 ans, en redemande un 3ème parce que, justifieront ses partisans, il a encore des ambitions à réaliser pour sa ville.

La Casamance est connue comme une région rebelle, parce que ses ressortissants considèrent que l’administration centrale les a délaissés.

Historiquement, la région est poreuse aux idées de gauche, et elle vote Casamance d’abord. Le ralliement de Abdoulaye Baldé, maire de Ziguinchor, à la mouvance présidentielle, loin d’endiguer le phénomène Sonko, lui a au contraire donné des ailes. La preuve : ses scores très satisfaisants dans les trois départements Ziguinchor, Bignona, Oussouye. Le leader du Pastef, originaire de la région, n’a en effet laissé aucune chance à ses concurrents, et Macky Sall y a enregistré ses plus bas scores avec seulement 38,72 % des voix.

Ousmane Sonko à la mairie de Ziguinchor, c’est de nouvelles opportunités qui s’offrent au leader de Pastef. Comme Khalifa Sall du temps où il était maire de Dakar, il aura accès à la cour des grands de l’Association des Maires. Limogé de la fonction publique, élu député, clé de la ville de Ziguinchor entre les mains, tout laisserait croire que c’est Macky Sall himself qui fraie la voie à l’enfant rebelle de Casamance.

Un boulevard vers l’avenue Roume.

%d blogueurs aiment cette page :