GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Seniors en activité: Le choix et la nécessité Par Aminata SARRE

Ils sont nombreux au Sénégal, les seniors qui reprennent le travail après la retraite. Une situation qui ne dérange surement pas mais qui mérite d’entre étudiée. Les retraités rencontrés nous en parlent sans tabou.

A 70 ans, Cheikh Diop retraité est comptable dans une société de la place, et cela depuis cinq ans maintenant. Ancien comptable, il n’a p jamais connu le chômage, mais avec la retraite, il peine à joindre les deux bouts,  d’où son retour au travail.

 « C’est une nécessité pour moi de reprendre le travail : avec ma situation actuelle, je n’ai personne pour m’aider et j’ai une famille à nourrir. Je n’ai pas de soutien de famille car mon aîné est âgé de dix-huit ans et viens d’avoir son Bac. Avant que je prenne ma retraite, je disais toujours à mes collègues que je ne me remettrais pas à travailler, que j’allais me reposer après dix années de service ; mais l’homme propose et Dieu dispose », confie-t-il.

Même situation pour Alioune Manga, un ancien militaire qui fait le gardiennage après sa retraite.

Interrogé sur le sujet, il affirme : « Cette situation ne me plaît guère, car j’aurais voulu, après ma retraite, être auprès de ma femme et de mes enfants afin de suivre non seulement leur éducation mais aussi de rattraper le temps perdu vu que quand j’étais en service, je ne faisais que des missions. Le travail de gardiennage, je le fais malgré moi, car j’ai des bouches à nourrir et là, mes revenus de la retraite ne me le permettent pas. Je n’ai que trois petites filles et la plus grande, elle a sept ans. D’abord, je n’ai pas eu des enfants très tôt et ma femme aussi elle ne travaille pas. Donc pour ne pas avoir de l’affront, je pense que c’est la seule solution. Je ne vous le cache pas, je suis fatigué, mais je ne pense pas baisser les bras : j’irai jusqu’au bout ».

Martin Sambou est un gendarme retraité, sa situation différente des deux précédentes ;  il a fait le choix de rester chez lui et de vivre pleinement sa retraite.

 « Je n’y pense même pas. Déjà que je suis retenu par le poids de l’âge et certaines choses ne sont plus à ma portée. Notre pension ne peut nourrir personne,  je l’avoue mais je rends grâce à Dieu et j’encourage les autres qui se battent pour donner à leurs enfants le sourire, même après la retraite. Mon fils a pris la relève et c’est le souhait de tout parent. Je préfère vivre aisément et attendre Dieu (rires). »

Au Sénégal, les retraités du privé comme ceux du public dénoncent leur situation marquée par la précarité, l’insuffisance de la pension. Pour beaucoup de retraités, le système de pensions de retraite par répartition doit être revu à la hausse, afin d’aider les allocataires à joindre les deux bouts. Ils réclament aussi des mesures d’accompagnement ou un système de retraite complémentaire pour qu’ils puissent vivre dignement après des décennies de labeur.

Que pensez-vous de cet article ? N’hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire».

%d blogueurs aiment cette page :