GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Saint-Louis « déshonord » le chef: De tout petits écoliers et collégiens huent le président Macky Sall Habib KA, Thilogne

Ce qui s’est passé ce 12 juin à Ross Béthio et à la hauteur du pont Faidherbe de Saint-Louis n’augure rien de bon : des jeunes de Fouta Tampi qui avaient des doutes de pouvoir brandir leurs banderoles et arborer ostensiblement leurs brassards, foulards, écharpes rouges, se sont vu requinqués par de tout-petits écoliers et des collégiens qui poussaient des “hou hou” au passage du cortège présidentiel et des personnes transportées depuis Dakar pour donner aux rassemblements et aux mobilisations des épaisseurs de grande envergure.

On pouvait penser que si les hostilités contre Macky Sall devraient être déclenchées, ce serait à Podor, porte d’entrée du Fouta insoumis, du Fouta debout. Les premières salves partiraient de la figure emblématique de Fouta Tampi, Fatoumata Ndiaye et de ses compagnons. Celle qui contestait la propriété du titre foncier du Fouta au chef de l’État sans oublier de lui rappeler qu’il ne détenait qu’un permis d’occuper, qu’ils vont d’ailleurs lui retirer et le déclarer persona non grata, faute de n’avoir pas honoré ses promesses électorales.

Ceux qui suivaient donc l’activité s’attendaient à ce que les salves partent de Podor, porte d’entrée du Fouta, pour s’amplifier considérablement dans la région de Matam où était partie la houle de la contestation. Mais les jeunes de Ross Béthio et de Ndar ont fini de jeter du sable dans la soupe, entachant la visite du président de la République d’incidents qui porte préjudices à son image de président de la République et à sa tournée. Parmi ces écoliers et collégiens qui huent le chef de l’État certains, dans trois ans, auront l’âge pour exprimer librement leur choix dans les urnes ; encore, tous s’accordent qu’au Sénégal, les électeurs ne votent pas pour élire un président de la République, mais pour le destituer.

Macky Sall, au sortir des événements malheureux consécutifs aux troubles et manifestations du début du mois de mars dernier, avait voulu faire de cette tournée économique un moment privilégié pour confirmer à l’opinion international et aux bailleurs de fonds que sa cote de popularité est entière, qu’il est l’homme de la situation et que les populations, comme en 2012, continuent de lui accorder leur confiance.

Le président Macky Sall a tout intérêt à revoir ses certitudes s’il veut participer et remporter la course de handicaps en 2024 ; il faut ménager la jeunesse, plutôt que de l’intimider, la réprimer, comme ce fut le cas de Aïda Sall de Ngallèle avec d’autres manifestants.

%d blogueurs aiment cette page :