GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Respects des valeurs de la République: Les positions « dérangeantes » de Thierno Alassane Sall Sergio RAMOS

Imbu des valeurs de la République, nom éponyme que porte sa formation politique, l’ancien ministre de l’Energie et du Pétrole Thierno Alassane Sall se veut droit dans ses bottes, quitte à prendre des positions contraires à celles soutenues par ses camarades de l’opposition.


Les députés Mberry Sylla et Ousmane Sonko se sont donné en spectacle vendredi dernier 25 juin lors de l’examen du projet de loi n°10/2021 modifiant la loi n°65-60 du 21 juillet 1965 portant Code pénal. Le président du parti « L »a République des valeurs, Thierno Alassane Sall, a profité pour savonner Ousmane Sonko en particulier et l’opposition de manière générale. Cette dernière s’est aussi jetée dans la bagarre. Les débats ont été houleux entre députés de l’opposition et ceux de la majorité. Si Ousmane Sonko et Mberry Sylla ont échangé des coups de poing, leurs camarades Aliou Dembourou Sow et Toussaint Manga ont failli en venir aux mains après s’être invectivés.

L’ancien ministre du Pétrole courroucé par ces pratiques n’a pas raté l’occasion pour rappeler à l’ordre ses camarades de l’opposition, estimant qu’on ne peut pas faire les pratiques qu’on combat. « Ce qui s’est passé, aujourd’hui, à l’Assemblée nationale est indigne de la République » a lancé sur le fil de sa page Facebook, Thierno Alassane Sall. Poursuivant sa pensée, l’ancien président des cadres de l’Alliance pour la République (Apr) souligne que cette démarche participe au discrédit du politique.

« L’opposition ne peut se résumer à l’invective et à la violence. Elle doit éviter de recourir aux méthodes qu’elle combat », a recadré le cadre aéroportuaire.

L’ancien ministre de l’Energie et du pétrole n’est pas à son premier coup d’essai sur le recadrage de l’opposition. Au mois de mars dernier, il a totalement pris le contre-pied de l’opposition qui se réjouissait de la démission du capitaine Seydina Oumar Touré, dans le cadre de l’affaire Ousmane Sonko.

Le président de la « République des valeurs », égal à lui-même, sur les principes, n’a pas été séduit par le comportement du cadre de la gendarmerie devenu « héros » de l’opposition.

« L’honneur d’un officier n’est pas dans la désertion devant le péril, se terrer puis se répandre en rumeurs », avait alors souligné Thierno Alassane Sall. Pour lui, « l’honneur de tout serviteur de l’Etat est de dire non, là où il faut, sans faux-fuyants. Car, le discrédit de la seule institution encore debout, l’Armée, serait la ruine de notre Nation ».

Membre du Congrès de la renaissance démocratique (Crd) avec Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo, entre autres, le détachement de Thierno Alassane Sall amène certains Sénégalais à remettre en cause son appartenance à l’opposition radicale ; l’homme veut rester droit dans ses bottes : pour le natif de Thiès, les valeurs de la République son sacrées.

%d blogueurs aiment cette page :