GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Reportage: Salaire en baisse, denrées en hausse, les populations étouffent Par Khadidiatou Gueye FALL

Au Sénégal, les pères et mères de famille ont du mal à joindre les deux bouts.  Les denrées alimentaires qui ne cessent d’augmenter les étranglent et les achèvent. À cela s’ajoute la baisse des salaires.

Cette situation, plus qu’inquiétante, préoccupe aussi bien les pères de famille que les ménagères. Le coût excessif de la vie en général ne facilite pas l’épanouissement des populations. Elles s’en plaignent et tiennent le même discours.

Interpellé sur la baisse des salaires, cet homme répondant au nom de Malang Bodian refuse d’attribuer à ce qu’il reçoit le vocable de  « un salaire ».

Selon lui, le salaire ne répond pas à son nom. «  C’est du salaire pour moi, dans la mesure où tu payes avec le loyer seulement. Sérieusement,  je ne peux pas assurer la dépense quotidienne. Ce que je reçois à la fin ne me permet même pas de satisfaire les besoins de mes enfants. Je ne peux pas leur assurer leur goûter par exemple ».

Malang se désole de la situation plus que difficile à la maison  ; il décrie sa souffrance : «  Parfois je n’ai rien à donner à ma femme. Je la laisse se débrouiller pour la dépense. Et ça devient compliqué si elle ne gagne rien avec son petit commerce. Évoluant dans le domaine de l’artisanat, Malang traverse des périodes difficiles avec la suspension de son travail causée par la pandémie. « C’est très difficile pour moi ;  il faut revoir les salaires. Ça ne peut pas continuer, nous risquons de mourir de faim, moi et mes enfants ».

 

Pour lire la suite, visualisez l’article en ligne à la page 6 de notre journal ou téléchargez le gratuitement :

%d blogueurs aiment cette page :