GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Recrudescence de l’émigration clandestine: Que chacun prenne ses responsabilités ! Par Fanny Ardant

Nous, Africains, nous rêvons de l’Europe tel un « Eldorado », ce territoire imaginaire où chacun vit dans l’abondance et la richesse absolue. Pour atteindre ce miroir aux alouettes, nos parents, frères et sœurs risquent leur vie au bout d’un voyage interminable semé de multiples embûches. Et tout cela au prix d’une vie sacrée.

La plupart des jeunes qui embrassent la mer portent sur leurs épaules l’espoir de toute une famille. Des foyers pauvres s’endettent pour récolter l’argent nécessaire pour que leurs enfants puissent atteindre ce qui,  en définitive, ne sera qu’une illusion. Réagissons avant qu’il soit trop tard !

Pour ceux qui fuient les conflits, ils devraient être accueillis au même titre que l’ont été les Européens qui « déguerpissaient » de chez eux lors de la dernière guerre mondiale… alors qu’un « âne ne trébuche pas deux fois sur la même pierre » et n’oublie pas son histoire ; les Européens ne se rappellent plus  rien !

Cette situation exécrable où des Africains sont entassés dans des hangars tels des animaux sans âme, rackettés jusqu’à ruiner leurs familles, déjà affamées dans leur pays d’origine pour finalement être vendus au marché d’esclaves… ne semble pas émouvoir l’opinion internationale, encore moins nos dirigeants africains.

Car il a fallu qu’une chaîne de télévision étrangère qu’est la CNN  nous crache en pleine figure une vidéo pour que la société civile se rebelle à travers les réseaux sociaux. Et que notre soi-disant coopération dite « Union africaine », de par la voix de Alpha Condé, se dise indignée de cette situation jugée abominable. Et jusqu’à présent rien n’est encore fait, aucune action n’est menée que des paroles en l’air. Et voilà qu’encore une fois,  nos mêmes dirigeants à qui nous avons fièrement porté par  l’élan au pouvoir, nous trahissent finalement et se moquent sans gêne de nos électeurs.

 «Levez-vous, et faites quelque chose ! ».

Le plus choquant est : comment se fait-il qu’aucun dirigeant de ces pays de l’Occident qui se réclament sans cesse pays des « droits de l’homme » n’ait pris la moindre disposition pour aller au secours de ces malheureux ? C’est parce qu’en réalité ils sont sans relâche fautifs. Un exemple :  quand Le colonel Mouammar Kadhafi a été assassiné, dans sa ville natale de Syrte, par les forces du Conseil national de transition (CNT) après que celles de l’OTAN leur a livré le « colis ».  Séparer un peuple de son guide et surtout avec la complicité sans honte de ses frères africains ne pouvait engendrer qu’une telle situation de pagaille administrée.

Et vous pensez que cette Union africaine qui était muette face au dénouement tragique de cette chronique d’une mort annoncée, compte engager des politiques pour mettre fin à l’émigration clandestine ? Pensez-vous que s’ils n’ont pas été capables d’envoyer des hommes en Libye pour aider Kadhafi quand il en avait vraiment  besoin, vous pensez qu’ils vont faire quoi pour mettre fin à ce commerce illégal des Noirs et honteux ? La réponse est négative.

Pour que cette situation change, Il faudra plus qu’un courage pour affronter cette traite d’êtres humains dans un pays où règne un tel désordre, et sans institution majeure qu’est l’État.

Pour que cette situation change, il faut que nos dirigeants africains, qui crient sur tous les toits leur panafricanisme se l’accaparent. Encore «Levez-vous, faites quelque chose !». C’est mieux de rester dans votre univers confortable. Car ils ne veulent en aucun cas se mouiller pour ces esclaves du 21ième siècle, ou ces migrants qui périssent en Méditerranée.  On oublie que les présidents africains ont aussi leurs problèmes et c’est exclusivement leur  réélection. Du pire égoïsme !

 

N’oubliez pas de laisser un petit commentaire si vous trouvez cet article intéressant dans la zone “laisser un commentaire”.

%d blogueurs aiment cette page :