GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Projet d’installation de l’unité de cordonnerie de Mékhé « made in senegal »: Le mouvement Guindi Askanwi interpelle les agences Anpej, Anamo… Par Charles SENGHOR

Fallou Ndiaye, coordinateur du mouvement « Guindi askan wi », sonne l’alerte au moment où de nombreux jeunes Sénégalais prennent les navires de fortune pour aller chercher l’eldorado ailleurs, notamment en Espagne.

Saluant les « belles » initiatives entreprises par le président de la République pour l’employabilité et des emplois, Fallou Ndiaye et ses camarades interpellent de nombreuses structures dédiées à cet effet pour aider, notamment l’’Agence nationale de la Maison de l’outil (Anamo), le groupe Estro consulting, l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes (Anpej) et le ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et l’Artisanat.Ils veulent savoir ce qu’il en est de ce projet « ambitieux ».

Dans un document adressé par le ministère de l’Economie, sous le magistère d’Amadou Bâ, qu’il nous a fait parvenir, le responsable de « Guindi askan wi » revient sur un partenariat qui était conclu entre l’Anamo et le groupe Estro consulting pour la « mise en place progressive d’une unité de maroquinerie de luxe à Mekhé ».

Se basant sur le texte, Fallou Ndiaye souligne qu’il est prévu dans la convention la formation de 500 jeunes dont 30 en Italie par la partie italienne. Mieux, le coût global du projet d’un montant de 750 millions Fcfa sera pris en charge par la partie sénégalaise, note Fallou Ndiaye, demandant où sont passés les jeunes partis dans le cadre de ce projet pour se faire former en Italie.

Selon le schéma de financement, ajoute-t-il, le ministère de la formation professionnelle, de l’Apprentissage et l’artisanat (en son temps) prendrait en charge les 500 millions Fcfa par le biais de l’Anamo et le reliquat, 250 millions Fcfa, devrait être assuré par l’Anpej.

Les termes du document indiquent que la direction de la programmation budgétaire (DPB) n’a fait aucune objection particulière après l’examen de ce dossier, quant à sa pertinence et à son intérêt pour la création d’emplois directs (500) et la consolidation de 2.500 emplois de jeunes dans la filière.

Et compte tenu de la nécessité de mettre en œuvre ce projet, le ministère a suggéré que des crédits additionnels de 250 millions soient mis à la disposition de l’Agence nationale de la maison de l’outil « aux fins de lui permettre de respecter les engagements ».

%d blogueurs aiment cette page :