GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Primature: Ne pas vendre la peau de l’ours à celui qui tâtonne vers la sortie P. MBODJE

Fortunes diverses pour Aminata Touré Mimi, Aly Ngouille Ndiaye et Amadou Bâ depuis la Toussaint 2020. Sont-ils les trois des deux compagnons pressés d’argent qui voulaient vendre la peau de l’ours ?

Il ne faudrait certainement s’arrêter à ce trio pour la short list pour le futur Premier ministre : Macky Sall cherche une porte de sortie et seul un choix technique de consensus peut l’aider.

S’il parvient, par sa technicité, à faire oublier Macky Sall relégué au second plan, le futur Premier ministre sera la porte de sortie du président de la République au plus mal dans l’opinion sénégalaise : le discrédit des institutions sous Macky Sall nourrit le refus des populations de valider les décisions politiques importantes depuis 2012 avec les affaires Karim Wade, Khalifa Ababacar Sall, Barthélémy Dias et autre Ousmane Sonko par exemple.

Aminata Touré Mimi s’est beaucoup agitée ces temps-ci, entre une rencontre avec le regretté ABC, une candidature suscitée à la mairie de Kaolack et sa mise à l’écart pour laquelle elle a fait contre mauvaise fortune bon cœur ; qu’est-ce que Macky Sall lui a murmuré à l’oreille pendant qu’elle était, Ko, tel ce compagnon retenant son souffle devant l’ours qui le retournait dans tous les sens ? Qu’aurait promis Macky Sall pour expliquer le retour fort remarqué de Mimi sur la scène médiatique ?

De son côté, Aly Ngouille Ndiaye le maire de Linguère est resté digne dans l’intervalle malgré quelques banderilles pour les candidatures dans la ville et le Linguère.

Seul Amadou Bâ semble être revenu dans l’environnement de président qu’il a quelquefois accompagné dans certaines opérations intérieures et internationales.

C’est le trio le plus fréquemment cité depuis le 24 novembre avec l’annonce d’une remise à l’honneur du poste de Premier ministre, accessoirement Mouhamadou Makhtar Cissé de Dagana retourné depuis à ses humanités.

MackySall est cependant assez subtil : l’idée du retour de la primature ne peut que se nourrir d’une cartographie d’intervenants préalable et d’une short list déjà prête…dans la tête du chef de l’État.

%d blogueurs aiment cette page :