GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Politique: Ousmane Sonko, la bête à traquer De notre correspondant à Matam, Habib KA

« Attention : Avec ce gosse, il faut faire très attention: vous l’attaquez, vous prenez des coups. Il vous attaque, vous prenez encore des coups »-Babacar Justin Ndiaye.

Zircon.  Le Sénégal abrite le 4ème gisement le plus important au monde, dans la zone des Niayes : 80 mille tonnes/an, et, paradoxe, il ne détient que 10 % des parts ;  en plus, des salaires de misère et des emplois assez précaires. Personne ne s’en offusque.

Affaire des 94 milliards : Ousmane Sonko-Mamour Diallo. Point de nouvelle.

Les 29 milliards du Prodac ? Non encore élucidés. Les contrats pétroliers, gaziers, celui du fer,  des tas de dossiers toujours en souffrance sur la table du procureur de la République, et qui ne sont pas encore prêts à être remis au goût du jour.

Et ça n’emballe personne : un Dialogue national entre politiciens, auquel les populations accordent peu de crédit.

Qui pour parler du juge Souleymane Teliko, de l’indépendance de la Justice ?

Des Communales, seconde fois repoussées, impossible à tenir au plus tard le 31 mars 2021. Personne pour s’en désoler.

Un président du conseil départemental qui exhorte ses ouailles foulbe à sortir leur djaasi, au cas où certains voudraient secouer le pays. Motus, bouche cousue.

Un ministre, beau-frère du président, qui refuse péremptoirement de déférer à la convocation de l’Ofnac.

Voilà le Sénégal vrai : tout est nickel, tout est nice. Rien à cirer.

Un citoyen ordinaire, président d’honneur d’un syndicat, souhaite rencontrer le président de la République pour affaires personnelles, il y’a sept ans,

Suffisant pour les détracteurs du Pastef de démontrer que Sonko trompait son monde. Il criait haut et fort contre le président Macky Sall, la nuit il rasait les murs sans suite pour obtenir une audience avec le chef de l’État. Il a tout faux, contrairement à l’image qu’il renvoie. Il ment, c’est un menteur et de prédire pour lui une descente aux enfers.

Quelle est cette façon peu cavalière de se battre ?

A défaut pour le ministre de pouvoir poignarder Sonko dans le dos, place à la meute qui va jeter l’opprobre sur une personnalité politique, comme un damné.

Ce cas renvoie l’image surréaliste d’une scène d’horreur : une femme enterrée debout jusqu’au cou, de grosses pierres à côté pour qu’on la lui jette jusqu’à ce que mort s’en suive. La dame aurait commis un adultère ;  la sentence : la lapidation publique. On voyait la tête de la pauvre femme se pencher d’avant en arrière, de gauche à droite, puis s’immobiliser, inerte.

Justice des hommes, meilleure des justices ? Justices expéditives.

De l’assistance, que des hommes enturbannés qui vidaient tous leurs péchés sur la tête de leur victime expiatoire, comme le lancer des pierres de djamra.

Si on disait que seuls ceux qui n’ont jamais commis l’adultère peuvent jeter la pierre sans conséquence dans leur vie future, les candidats ne seraient pas nombreux.

Le très expérimenté journaliste chroniqueur Babacar Justin Ndiaye, spécialiste des questions militaires, avait averti qu’avec ce gosse, vous l’attaquez, vous prenez des coups ; il vous attaque, vous prenez encore des coups. En tout cas, quoi qu’il adviendra, ce combat n’ennoblit ni le chef de l’Etat, ni le leader du 2ème ou 3ème parti au Sénégal, le président Ousmane Sonko. Dans un esprit de grandeur, de dépassement de jeu à la loyale, ils doivent pouvoir se parler, se consulter, se contredire quand c’est nécessaire au vu et au su de tout le monde. Sinon, le statut de l’opposition et celui de son chef n’ont aucune raison d’exister : si le chef de l’Exécutif ne peut même pas s’autoriser d’établir des passerelles pour consultations entre lui et son opposition, à quoi bon établir un dialogue, fût-il national ou politique ?

Le président Macky Sall n’affichera que du mépris à vos sales besognes, pour avoir milité dans des partis structurés de Gauche ; il sait que la solution,  ce n’est pas de tuer Sonko, mais de vivre avec le mal comme avec il est en train de l’expérimenter avec la Covid-19.

 

 

Thilogne

%d blogueurs aiment cette page :