GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Plan B de Macky: Et si c’était Abdoulaye Daouda Diallo ou Mansour Faye ? Par Mame Gor NGOM, Rédaction centrale, Le Devoir

“Nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs. C’est fini”, avait martelé Macky Sall. C’était avant la présidentielle de 2019. Il l’a répété. Avant d’adopter un “ni ni” et d’imposer le silence à ses partisans. Pense-t-il maintenant sérieusement à des “relais” ? Faute de numéro 2, les spéculations vont bon train.

La donne a changé avec les violentes manifestations de début mars. Un avertissement contre la troisième candidature ? Dans la tête du président, il y a un plan B ? Les noms d’Abdoulaye Daouda Diallo et de Mansour Faye sont de plus en plus prononcés.

ADD le parfait joker ?

L’homme qui cultive la discrétion et se montre mesuré, a une riche carrière professionnelle. Inspecteur des Impôts et Domaines de Classe exceptionnelle, comme un certain…Ousmane Sonko, il est aujourd’hui ministre des Finances et du Budget depuis avril 2019. Une sorte de “retour aux sources”, car il a été d’avril 2012 à septembre 2013 : ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances chargé du Budget. Avant d’occuper le ministère de l’Intérieur de septembre 2013 à septembre 2017. Département qu’il quitte pour rejoindre le ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement en avril 2019.

Diallo, membre-fondateur de l’Alliance pour la République, est donc au cœur du gouvernement depuis 2012. Signe de son efficacité, de sa connaissance des dossiers et d’une certaine expérience dans la gestion des affaires ? On pourrait répondre par l’affirmative. Très peu sont les Sénégalais qui se rappellent qu’il était de 2001 à 2003, Directeur général de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase), Secrétaire général de l’Institution de Prévoyance retraite du Sénégal (Ipres), en 2008, Secrétaire général du Conseil de la République pour les Affaires économiques et Sociales de 2005 à 2007, Directeur administratif et Financier de Dakar Dem Dikk en 2000 entre autres fonctions. Abdoulaye Daouda Diallo est donc une personnalité “à la tête pleine”, au parcours très riche. Cela fait-il de lui un bon candidat pour 2024 ? L’homme qui n’est pas un très grand tribun ratisse large et donne des gages de fidélité au “boss” qui lui fait manifestement largement confiance.

L’autre jour, il n’a pas hésité à partager avec son “frère ennemi” Cheikh Oumar Anne le présidium d’un meeting à Podor. ADD s’en est ouvertement pris à l’opposition et aux “manipulateurs”. Des mots tranchés face au “Fouta Tampi”, mouvement contestataire qui secoue le Fouta et va au-delà de cette localité dans le Nord du pays. Ce n’est pas de ses habitudes d’avoir le “verbe haut”. Il n’est pas souvent très en verve. Mais l’heure est grave là-bas. Le “titre foncier” de Macky Sall, pour reprendre la rhétorique en cours, se fait entendre bruyamment. Des jeunes déterminés animent la révolte, comme ailleurs au Sénégal.

Diallo qui ne “laisse échapper” aucune ambition, est certainement conscient qu’il faut se “faire voir” et prendre des risques quand le “maître du jeu” joue sur plusieurs tableaux.

Mansour Faye, choix pas improvisé ?

Pourquoi penser que Amadou Mansour Faye pourrait être un des choix de Macky Sall s’il ne se présente pas à la future Présidentielle ?

Des pistes.

Faye est passé de “simple” délégué général à la Protection sociale et à la solidarité nationale à tout-puissant ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement dans le gouvernement du 1er novembre 2020.

Auparavant, il était ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale. Avec un budget de 101.375.554.272 Fcfa en crédits de paiement et 253.090.705.467 fcfa en autorisations d’engagements sur trois ans. Un “Karim Wade bis”, caricaturaient les mauvaises langues qui mettent en exergue un “butin de guerre” déterminant pour la “quête pouvoir”. Faye qui est parvenu à être maire de la symbolique ville de Saint-Louis devant des adversaires rompus à la tâche comme Cheikh Bamba Dièye, le maire sortant et Ahmed Fall Braya du Parti démocratique sénégalais (Pds), a su démontrer des talents de persuasion. Il est évident que le soutien de Macky Sall a été déterminant. Son parcours personnel de militant engagé aux premières heures de l’Apr n’est pas à négliger.

L’appétit venant en mangeant, Mansour Faye qui a les “oreilles” du couple présidentiel, serait un des choix du président de la République. Possible dauphin ? Si rien ne l’interdit, il est clair que ses “liens de consanguinité” avec la Première dame peuvent être un handicap réel à son “ascension”. L’histoire récente du Sénégal nous a assez démontré que le peuple sénégalais n’est pas prêt à accepter ce qui serait synonyme d’une “dynastisation”.

Tout compte fait, les ambitions, les plans, les manœuvres des uns et des autres entrent dans le cadre de la normalité en démocratie. Mais le peuple seul souverain, a le dernier mot. 2024, si près, si loin.

%d blogueurs aiment cette page :