GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

PASTEF: A la croisée des chemins Par Habib KA, Bureau régional Matam

Si Ousmane Sonko sort indemne de ce traquenard, il pourra bien se refaire une santé politique et se positionner comme l’adversaire incontestable et incontesté de Macky IIIe qui tient toujours à forcer pour sa 3ème candidature. Mais l’informel avec la masseuse demande des questions sur l’avenir de sa formation qui n’a pas su gérer son président : Pastef est en jeu avec Adji Sarr.

Thilogne-Avec la plainte de la dame Adji Sarr contre Ousmane Sonko pour viols répétés avec menaces par deux armes à feu, les Sénégalais risquent d’assister à un procès inédit, bidon, si procès il y a : il risque de s’y produire un renversement des rôles où l’accusatrice devient l’accusée et l’accusé l’accusateur. La victime des viols répétitifs devient la coupable, le braqueur des armes à feu, la victime.

Adji Sarr est loin de cerner qu’elle était au milieu d’un grand scandale au cœur de la République et la gravité de son cas, c’est de se retrouver assise entre deux feux dans le mortal combat que se livrent deux adversaires politiques irréductibles : l’Alliance pour la République (APR) et le Pastef/les Patriotes qui ne se font aucune concession, aucune retenue dans ce duel à mort. Pauvre masseuse de circonstance, victime des combats des hommes pour la préservation ou la conquête du pouvoir.

La confrontation Ousmane Sonko-Adji Sarr réserve plein de surprises aux Sénégalais si jamais la masseuse ne quitte pas le territoire national et qu’elle se présente devant la barre. Elle devra apporter ses preuves à charge pour fortifier ses allégations, faute de quoi elle peut être condamnée pour fausses accusations, calomnies, etc. . . .

Ousmane Sonko, s’il sort encore indemne de ce traquenard, pourra bien se refaire une santé politique et se positionner comme l’adversaire incontestable et incontesté de Macky IIIe qui tient toujours à forcer pour sa 3ème candidature : il reste de fait le chef de l’opposition, puisque le Parti démocratique sénégalais (PDS) peine encore à sortir de sa retraite.

Cette jeune femme, instable dans sa vie sociale, professionnelle, seule, indexée du doigt par toute une population, risque d’être abandonnée par tous et finir par sombrer. Et puis la pauvre, on entend plus parler d’elle depuis sa plainte déposée à la section de recherche de la gendarmerie de Colobane. Selon PressAfrik en ligne, aucune information ne filtre sur la plaignante. “Sa vie sur les réseaux sociaux, son quartier, ses amis, subitement tout est introuvable”. D’après ce journal en ligne, ses comptes whatsApp, Facebook, Instagram ont tous étaient désactivés il y a quelques jours”.

Certainement comme Penda Bâ l’insulteuse exilée, Adji Sarr est en train de se préparer pour entrer dans la clandestinité puis disparaître : aux dernières nouvelles, certainement des fake news, l’héroïne du Sonkogate aurait quitté le pays.

Ousmane Sonko a prêté flanc à l’adversaire, quoi que puissent expliquer ses partenaires, pour n’avoir pas pris la pleine mesure des responsabilités liées à la fonction de président d’un parti comme le Pastef, supposé être l’état-major de combat idéal pour la conquête du pouvoir politique pour la réalisation, du programme national révolutionnaire, cher au président Mamadou Dia, au Pr Cheikh Anta Diop, etc . . .

On ne peut pas avoir la dimension d’un président de la République et continuer de fonctionner en style informel. Sonko ne s’appartient plus, il est Pastef, au service du peuple sénégalais. Il ne doit pas se déplacer incognito, fréquenter un endroit qui n’a pas auparavant été visité et contrôlé par ses services de sécurité. Père Wade est allé jusqu’à lui souligner de prendre garde de sa vie, un empoisonnement est vite arrivé si on prend sa sécurité à la légère.

Si la sécurité du président Sonko était drivée à l’interne, certainement ses adversaires n’auraient pas trouvé une faille dans son système sécuritaire pour l’importuner à partir de là.

C’est une obligation majeure de sécuriser le président du parti pour en même temps sécuriser le parti des infiltrations, de la mouchardise, des agents doubles, des taupes.

L’antenne du Japon a annoncé prendre en charge les soins du président pour un an, c’est une ambition à la hauteur du devoir politique.

%d blogueurs aiment cette page :