GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Passé-Présent – Wanted : Nageurs afro-américains, Do you speak French ?

Ils devront nager 6 à 8 h, tirant un radeau de 15 marins blessés dans une mer  infestée de requins. Trou noir en couleur pour salle obscure. L’exploit de Charles Jackson French resurgit des flots de la guerre du Pacifique pour salles obscures.

Qui, pour interpréter Charles Jackson French au cinéma ? Giles Smith ? Max Irving ? Reece Whitley ? Ou enfin Cullen Jones ?  Charles Jackson French a nagé toute la nuit pendant 6 à 8 heures, tirant un radeau de 15 marins blessés avec une corde autour de l’estomac à travers des eaux infestées de requins.  Puis trou noir, comme toujours quand il s’agit d’un homme de couleur dans cette numérique Wasp, i. e blanche, anglo-saxonne et protestante. Et soudain la lumière sur ce passé racial honteux que l’Occident essaie d’exorciser à grand-peine :  Warner Brothers veut immortaliser French, « the lad who swam through shark-infested waters, towing a raft of wounded sailors to safety after a Japanese sub had sunk their ship in the South Pacific”.

Johnny Weissmuller médaillé olympique a connu la fortune et la gloire en interprétant Tarzan au cinéma ; au casting, quatre grands nageurs afro-américains sont pressentis pour tirer leur collègue de l’anonymat dans lequel veulent le plonger les livres de l’histoire noire des Etats-Unis ; Giles Smith, Max Irving, Reece Whitley ou enfin Cullen Jones vont perpétuer French dans l’eau des piscines et sont devenus comme lui des références.

“Le 5 septembre 1942, le préposé à la cuisine de la marine américaine Charles Jackson French a nagé toute la nuit pendant 6 à 8 heures, tirant un radeau de 15 marins blessés avec une corde autour de l’estomac à travers des eaux infestées de requins.

Le navire de la marine américaine, l’U.S.S. Gregory a été touché par des tirs navals japonais dans le Pacifique Sud.  Beaucoup ont été blessés et tués. French a réussi à mettre ces hommes en sécurité sur les rives des îles Salomon.  French a été le premier nageur noir à remporter la médaille de la Marine pour son héroïsme en 1943 ».

C’est toute la documentation disponible pour ce haut fait de guerre ; l’association pour le souvenir de l’U.S.S Gregory le regrette d’ailleurs : « Cette histoire ne se trouve pas dans les livres d’histoire et n’est pas enseignée dans les cours d’histoire ».

L’histoire de French est apparue pour la première fois lorsque Robert N. Adrian, un jeune enseigne, a déclaré à un journaliste de l’Associated Press comment un puissant préposé au mess nègre de 22 ans nommé French a nagé à travers des requins pour mettre en sécurité un radeau chargé de marins blessés de l’USS Gregory, coulé par des tirs de la marine japonaise près de Guadalcanal. L’enseigne Adrian était le seul sur le pont à survivre et a flotté dans l’eau lorsque le navire a coulé ; entendant des gémissements autour de lui, il trouva un radeau de sauvetage rempli de 24 blessés. Adrian, bien que superficiellement blessé, a pu s’accrocher. « Je savais que si nous accostions, nous allions être faits prisonniers de guerre », a-t-il déclaré. « Ensuite, French s’est porté volontaire pour tirer le radeau loin du rivage. Il a quitté ses vêtements et a demandé de l’aide pour attacher une corde autour de la taille pour les  remorquer en lieu sûr. Adrian lui a dit que c’était impossible – qu’il ne se livrerait qu’aux requins qui les entouraient. « French a répondu qu’il n’avait pas peur. Il était un nageur puissant, et a nagé toute la nuit, 6 à 8 heures, jusqu’à ce qu’ils soient finalement sauvés par une péniche de débarquement ».

Après la parution de l’histoire dans les journaux, Adrian l’a répétée sur une émission de radio nationale et le monde en a appris davantage sur le nageur héroïque.

Charles Jackson French était un orphelin de 23 ans de Foreman, Arkansas, qui s’était enrôlé dans la marine en 1937. Décrit en tant que « remorqueur humain », il reçut un accueil royal de citoyens de toutes races dans la ville natale de sa sœur Viola, Omaha, Nebraska. Il a comparu devant des foules enthousiastes à des rassemblements obligataires, et une haute décoration semblait assurée. Cependant, comme dans le cas de beaucoup d’autres héros de guerre afro-américains, il a reçu une récompense moindre que prévu.

Lorsque l’histoire  fut finalement publiée en mai 1943, elle se présenta sous la forme d’une lettre de recommandation de l’amiral William F. Halsey, Jr.,  puis commandant de la flotte du Pacifique Sud. Il disait : « Pour conduite méritoire en action alors qu’il servait à bord d’un destroyer qui a été gravement endommagé pendant l’engagement avec les forces japonaises dans les îles britanniques Salomon  le 5 septembre 1942. Après l’affrontement, un groupe d’environ quinze hommes étaient à la dérive sur un radeau, qui était délibérément bombardé par forces navales japonaises. French s’est attaché une ligne et a nagé longtemps, en tout cas plus de deux heures sans repos, tentant ainsi de remorquer le radeau. Sa conduite était conforme aux plus hautes traditions du service naval ». (The Story of Charles Jackson French By Bruce Wigo).

Vovo Bombyx aimera sans doute, lui, un homme à la mer ? A la mère ?

%d blogueurs aiment cette page :