GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Paradoxal Thierno Alassane Sall, sans protocole dans ses valeurs…Total P. MBODJE

Il est curieux que Total et l’Etat soient en difficulté à cause de Petrosen Trading & Services spécialisée dans les activités de distribution : la politique nouvelle lancée en début d’année veut faire de PTS un agrégateur de la commande publique qui permettra aux clients d’avoir accès à toutes les stations services des compagnies partenaires par l’application de Petrosen. Les majors qui tiennent à leur part de marché ne veulent pas rejoindre la dizaine de compagnies qui se sont déjà manifestées dans ce sens, sur la cinquantaine, et, évidemment, le team-leader est Total, doublement en colère puisque Manar Sall pioche parmi ses cadres, pour ne pas arranger les choses.

Ce comique de la situation est d’autant plus à souligner que celui qui a trainé la République dans la boue veut désormais l’honneur d’une République des valeurs…Total : la critique de ses amis de l’opposition ressemble en effet, à force, à un appel du pied envers l’ancien camarade Macky Sall quand Thierno Alassane Sall était responsable des cadres marron ; le rigorisme qu’il impose à ses amis de l’opposition hérisse les poils : les appeler à cesser de singer ceux qu’ils combattent, rappeler au militaire son serment de l’honneur en faisant front avec dignité voudrait certainement faire référence à sa propre histoire à la suite de son désaccord avec le gouvernement dans le cadre des négociations portant contrat d`exploration du pétrole et du gaz ; le ministre de l’Énergie et du Développement des énergies renouvelables qu’il a été avait été remercié parce qu’il refusait l’inclusion de Total dans le champ de la recherche, affirmant que la société française n’avait pas l’assise technique et financière pour se lancer dans la recherche et l’exploitation. La même société est encore aujourd’hui sur le devant de la scène des hydrocarbures, même si c’est pas pour les mêmes forme et raison que naguère.

Certes, sur la forme comme sur le fond, les observations pointues pour lesquelles l’opposition en fait tout un Tas renvoient au cadre issu d’une famille conservatrice à l’éducation à la spartiate : le creuset torodo de Thiès ne souffrait d’aucun manquement à la réification de l’ordre social. Sauf que Tas a manqué de loyauté envers lui-même et l’Etat dans le dossier de Total. Invité durant la visite d’Etat de décembre 2016 en France à des négociations dans son secteur de responsabilité, il avait été fortement sollicité à lancer un appel d’offres et d’y inviter Total. Tas fera preuve de mauvaise volonté et trainera les pieds : Total sera alertée sur le tard avec les résultats que l’on sait et les conséquences qui en découlèrent. Même si la décision était motivée par les offres techniques et financières, l’attitude Tas sur le dossier laisse un arrière-goût de cendres. Surtout qu’il s’est présenté comme ce roi de France (les Tas, c’est moi), dans un brûlot que rien ne justifie dans lequel il n’hésite pas à affirmer que « L’indépendance formelle de 1960 a placé entre les mains d’un gouverneur élu par le peuple un pouvoir politique et économique dont le siège effectif se situe quelque part entre le Faubourg Saint-honoré et le Quai d’Orsay, à Paris ».

Qu’en sera-t-il s’il est lui-même gouverneur élu ?

%d blogueurs aiment cette page :