GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Nous sommes partis 3.000 et sommes arrivés 23

Pendant le génocide grec, la famille de Venezis a fui Ayvali à Lesbos pour éviter les persécutions, mais est retournée en Asie mineure après que l’armée grecque a libéré Smyrne et son arrière-pays en 1919. Lorsque la région a été reprise par l’armée turque, Venezis a été fait prisonnier et réduit en esclavage en un bataillon de travail (autrement connu sous le nom d’Amele Taburlari ou Amele Taburu ). Il avait 18 ans. Les prisonniers ont été conduits à l’intérieur, mais peu sont arrivés à destination, car la plupart d’entre eux ont été tués en chemin ou sont morts des épreuves auxquelles ils ont été exposés : sur les 3.000 « enrôlés » dans sa « brigade du travail », seuls 23 ont survécu.

Lorsque Venezis a été libéré, il a été renvoyé à Lesbos. Il y rencontra Stratis Myrivilis qui avait fondé l’hebdomadaire Kambana et fut encouragé par lui à écrire un récit de «ses horribles expériences en tant qu’otage en Turquie ». Le roman qui en a résulté a été publié sous forme de feuilleton à Kambana en 1924. Cependant, il n’est devenu bien connu en Grèce qu’après la publication d’une version augmentée sous forme de livre en 1931.

Le film 1922 (1978) de Nikos Koundouros était basé sur le livre.

L’histoire commence à Aivali (Ayvalık) et nous emmène à travers les premiers jours de l’occupation turque. Le chemin vers amele taburu est lentement mais sûrement peint en pâle et cramoisi, dans les marches tachées de sang rouge des pieds nus blessés marchant sur le sable chaud de l’été. La vie des captifs, vue à travers les yeux de celui qui a vécu ces horribles expériences, engourdit également l’esprit du lecteur. Les quelques étincelles lumineuses de l’humanité dans un désert d’inhumanité sont précieuses, car les gens sont traités comme sans valeur : frappés à mort avec des marteaux, mortellement blessés et laissés à mourir seuls, violés puis tués. Tout espoir et toute lumière sont perdus, malgré les efforts occasionnels des prisonniers pour s’entraider : sincères d’abord, puis épuisés et tièdes, jusqu’à l’indifférence la plus totale.

Wikipedia

%d blogueurs aiment cette page :