GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Niasse quitte le navire: L’AFP en quête d’espoir Par Mame Gor NGOM, Rédaction centrale, Le Devoir

Moustapha Niasse a choisi le 16 juin 2021, jour pour jour après son “appel du 16 juin” 1999 pour annoncer son retrait du secrétariat général de l’Alliance des forces de progrès (Afp). 22 ans après, celui qui appelait récemment les jeunes de son parti à préparer la relève joint ainsi l’acte à la parole. Qui pour remplacer cet homme au long parcours politique qui a servi aussi bien sous Senghor, sous Diouf, sous Wade que sous Macky ? Les “jeunes” ne manquent pas.

« La date du congrès sera fixée d’ici la fin du mois de juillet. Le congrès se tiendra certainement dans le premier semestre de 2022 après les élections locales. Moi, je ne serai plus secrétaire général de l’Afp. Parce que 22 ans, ça suffit », déclare Moustapha Niasse.  Et la présidence de l’Assemblée nationale ? « J’en discuterai avec le président Macky Sall qui est à la tête du pays », a-t-il laissé entendre. Le Devoir a sa liste des prétendants.

Alioune Sarr, le privilège du ministre

Parmi les prétendants les plus en vue au fauteuil de Secrétaire général de l’Alliance des Forces de progrès figure Alioune Sarr.

Maire de Notto Diobass, une commune qui se trouve dans la région de Thiès depuis 2009, bénéficie ainsi d’une légitimité électorale. Ce qui lui a permis de garder intacte sa base et de remporter les municipales de 2014 malgré la débâcle constatée dans certaines localités qui ont échappé au camp du pouvoir.

C’est certainement cet état des choses qui est à l’origine de sa stature actuelle dans le gouvernement. Choisi par son parti l’Afp, il est depuis avril 2019 ministre chargé du Tourisme et des transports aériens. Auparavant, entre février 2013 et mars 2019, il a occupé le poste de ministre chargé du Commerce, de la consommation, du Secteur Informel et des Pme. Des stations qui peuvent peser lourd sur la balance au moment du choix. Toutefois, Sarr donne l’impression de quelqu’un qui est très peu ouvert ou introverti.  Il n’est pas non plus une foudre de guerre en matière de communication. Ce qui est un handicap dans un monde où la communication est une figure emblématique.

En est-il conscient ? Il a intérêt à se “soigner” s’il veut être un bon leader…de parti.

Dr Malick Diop, le “boy town” de l’espoir

Dr. Malick Diop est une figure très connue de l’Alliance des Forces de progrès (Afp). Il est resté au top management de cette formation politique même s’il n’a pas pu conserver en 2014 son poste de maire du Point E obtenu lors des locales de 2009. Porte-parole de l’Afp, c’est lui qui occupe les médias et gère non sans talent la communication de son parti.

Il était à côté de Niasse, tranquillement assis, quand ce dernier annonçait sa retraite le 16 juin 2021. Un signe du destin ? Dans tous les cas, Diop croit en son étoile. Il garde un calme olympien et son flegme légendaire. Même s’il n’est pas ministre, le directeur général de l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX), se montre très volontariste et ne manque aucune occasion pour “mettre en exergue” les “fruits” de son travail. Une haute idée de sa mission. Ce qui constitue un atout majeur pour une personnalité politique qui ambitionne de diriger un parti riche de plus de deux décennies.

Mbaye Dione le banquier de Ngoudiane

Maire de Ngoudiane, à quelques encablures de Khombole dans la région de Thiès, Mbaye Dione est loin de jouer aux figurants à l’Alliance des forces de progrès. Si beaucoup d’observateurs pensent qu’il peut succéder à Moustapha Niasse, c’est que cet homme de 46 ans a réussi à s’imposer là où ce n’était pas évident, bousculant des personnalités, des certitudes. Mais Dione, c’est surtout le banquier professionnel. Il a débuté sa carrière d’argentier à la Société générale de Banques au Sénégal (SGBS) avant de déposer ses baluchons au Crédit international, une banque à capitaux libanais, où il a occupé les fonctions de directeur général adjoint. Aujourd’hui, il est à la tête du

Crédit mutuel du Sénégal (CMS) qui était alors sous administration provisoire. “Il a redressé sa filiale bancaire avec brio en un an seulement”, note-t-on. Un homme politique à la légitimité locale et aux compétences professionnelles réelles, chantent ses partisans.  Suffisant pour diriger un parti, pour succéder à Niasse ?

Un grand bémol.

Un bémol : en juillet 2015, ce maire de Ngoundiane membre du Bureau politique de l’Afp a été accusé de détournements de deniers publics, portant sur une somme de 204 millions. Il est mis aux arrêts. Après son face à face avec le juge d’instruction, ses avocats acceptent de payer une caution et la mise sous contrôle judiciaire de leur client afin de poursuivre l’enquête et de permettre au maire de vaquer à ses occupations. Il aurait mis sur la table un immeuble et une somme de 50 millions.

Une parenthèse qui constitue sans doute une “plaie” béante pour un jeune si ambitieux.

Alioune Sarr, Docteur Malick Diop comme Mbaye Dione sont le trio de tête qui s’impose pour la succession de Moustapha Niasse. Malick Gakou l’ex-numéro 2 de l’Afp, a eu des mots très sympathiques à l’égard son ex-mentor qui quitte la barque. Le leader du Grand parti pense toujours à ses ” vieilles amours” ?  Clin d’oeil aux militants qui pourraient être frustrés par un probable choix hasardeux ?

%d blogueurs aiment cette page :