GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Matam 2022: Les dernières flèches Par Habib KÂ, Chef du bureau régional de Matam, Thilogne

Les élections municipales et départementales sont en train d’annoncer les couleurs d’un nouvel ordre de leadership politique à Matam.

Quelques flèches verbeuses décrochées au tout début par Farba Ngom vers Abdoul Guissé à Thilogne, Me Malick Sall à Ogo pour donner sel et piquant à une campagne électorale qui démarrait sur des échanges de civilités, dans un air bon enfant entre candidats.
Jeudi, le candidat Mamadou Elimane Kane, en duo avec le sénateur Abdoul Guissé, leurs militants et sympathisants ont battu le macadam, du garage Baadel à la mairie pour dénoncer, selon eux, un transfert illégal d’électeurs de Sare Liou à Thilogne et une rétention abusive de cartes ainsi que leur distribution tendancieuse.
Aussi,  le Collectif pour sécuriser le vote des citoyens, regroupant Walu Sénégal, Bunt Bi, République des Valeurs, Yewwi Askan wi, Gêm Sa Bopp, n’a pas manqué, par une déclaration de presse, de se désoler et de fustiger une telle pratique.
.
Tout est parti, en effet, d’une audio fuitée dans les réseaux sociaux, attribuée au maire sortant Sidy Kawory Dia.
Pendant ce temps, les derniers bus affrétés, à bord des étudiants, des jeunes, des travailleurs basés à Dakar et à d’autres capitales régionales sont sur le point de rejoindre l’ancienne capitale du Bosséa.
C’est dire que la ligne droite qui clôt onze jours de campagne intense de proximité dans toutes les concessions, ponctuée de meetings, annonce un scrutin très convoité dont les candidats n’ont lésiné ni sur les moyens, ni sur les fins détails près pour l’emporter.
ENJEU CAPITAL
Ce scrutin est d’un enjeu capital pour les leaders de la mouvance présidentielle, si c’est de signifier au président de l’APR que leurs parallèles sont perpendiculaires au boulevard de la République et qu’elles n’obliquent pas sur Ouro Ciré, la ville du Farba.
Les élections municipales et départementales sont en train d’annoncer les couleurs d’un nouvel ordre de leadership politique, l’expression plurielle et démocratique dans les instances décisionnelles, l’utilisation rationnelle et équitable de ses ressources humaines.
Parallèles ou complémentaires, les animateurs de ces listes n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin.
Macky Sall ne serait pas dans la logique de couper les têtes des “insoumis” comme le  laisse entendre le “conformiste légaliste” coordonnateur départemental, si l’on se fie aux précisions de taille du Garde des Sceaux. Les listes dites parallèles de Bunt Bi, Nafoore, etc seraient plutôt complémentaires à celles de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) et non le contraire.
Le président Macky Sall, n’ayant pu résoudre l’épreuve kafkaïenne de lister 557 “mairables”, s’était résigné à rendre feuille blanche, créant ainsi un marasme politique général.

D’autres travaux d’Hercule, plus cocasses encore, attendent sur la table, le président en exercice de l’union Africaine : les Législatives.

%d blogueurs aiment cette page :