GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Mansour Faye veut rebaptiser l’avenue Charles de Gaulle au nom de Macky Sall: Est-ce vraiment oppportun ? De notre correspondant à Matam

Tous les maires des communes du Sénégal devaient faire preuve d’élégance républicaine : savoir que leur mandat est terminé depuis le mois de juin 2019, soit depuis dix-huit mois et que la tenue des élections locales n’est pas pour bientôt.

Par élégance républicaine, ils peuvent continuer de bénéficier des avantages et privilèges liés à leur fonction, tout en s’abstenant d’engager les administrés par des ventes tout azimut de terrains, la peinture d’édifices aux couleurs de l’Alliance pour la République (APR).

La nouvelle trouvaille des maires en fin de mandat depuis belle lurette, c’est de baptiser des quartiers, de rebaptiser une avenue au nom de Macky Sall.

A Nguidjilone, dans le département de Matam, c’est le zélé maire transhumant Sada Ndiaye, suivi par 42 conseillers municipaux, qui décida de baptiser quatre nouveaux quartiers de sa commune Macky I, Macky II, Macky III, Macky IV.

Sada Ndiaye est devenu célèbre surtout par la scélérate loi qui porte son nom et qui réduit le mandat du président de l’Assemblée nationale de cinq à un an. Cette loi visait à déchoir du perchoir Macky Sall qui avait des bisbilles avec Karim Wade.

A Saint-Louis, le grand-frère de la Première dame n’y va pas de main morte : il décide de débaptiser l’avenue Charles de Gaulle pour lui donner le nom de avenue Macky Sall.

Vraiment le beauf du président, fraîchement nommé ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement (MITTD), avait d’autres chats à fouetter que de s’embourber dans des eaux nauséabondes.

Comme le dit l’adage wolof : “gumbë am na jot ludul tëp ay kambë”. Débaptiser pour baptiser une avenue n’est vraiment pas opportun pour un ministre des transports fraîchement nommé. Et puis, Ndar Toute manque-t-il vraiment de célébrités, de fils du territoire bien nés, des histoires de lieux d’événements, pour donner le nom d’une avenue à Macky Sall, fut-il président de la République ?

Non, goro de Macky, Saint-Louis du Sénégal, ancienne capitale de l’Afrique occidentale française (AOF), est une ville chargée d’histoire, de symboles qu’il faut administrer avec délicatesse et sagesse.

Mansour, vous pouviez, pour une opération d’urgence, finir le tronçon Thilogne-Ourossogui de la RN2 d’une distance linéaire de cinquante kilomètres. Une route cahoteuse faite de poussière rouge de latérite où il faut faire plus de deux heures d’horloge pour arriver à destination.

Ainsi, vous aiderez Macky Sall à entrer en triomphe au Fouta, à Podor et à Matam, son fief naturel, même si la mission est accomplie en demi-teinte

%d blogueurs aiment cette page :