GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Mamadou Lamine Diallo : «Les 500 morts de Barsakh sont la preuve de l’échec de Macky»  

Mamadou Lamine Diallo, est largement revenu dans sa question économique du 10 novembre sur le phénomène de l’émigration clandestine. Selon lui, ces centaines de morts constituent l’échec de la politique de Macky Sall.

« Des centaines de familles endeuillées et désolées à qui Tekki présente ses condoléances. Et l’on s’interroge, que peut bien signifier la croissance claironnée de Macky Sall ?  Il est bon de rappeler une vérité simple, la croissance se mange. Elle se partage au moment de sa création par trois familles d’acteurs, les entreprises formelles ou informelles, les travailleurs urbains et ruraux et l’Etat », fait-il savoir.

« Sous Covid,  son régime, téméraire,  annonce une croissance positive  en 2020. Autrement dit, il y aura environ 300  milliards de francs courants en plus à se partager. Comme les recettes fiscales ont baissé de 300 milliards en 2020, qui va empocher cette somme ? Ce ne sont pas les travailleurs du privé et de l’informel, ni les jeunes sans espoir qui prennent les pirogues et enfin ni les fonctionnaires dont le nombre n’a pas augmenté et encore moins leurs salaires par rapport à 2019 », a-t-il ajouté.

Selon lui, il reste donc surtout  les agriculteurs. Car, si cela était vrai, 3 millions de sénégalais seraient sortis de l’extrême pauvreté dans le monde rural en 2020. Finie donc la pauvreté  dans le Fouta, le Baol, la Casamance et le Sénégal Oriental, etc. Ce régime de prédateurs se moque de nous. Pourquoi l’exode rural se poursuit alors ?

« La croissance maquillée de Macky Sall  est fausse  et surtout elle est mal orientée, elle ne profite qu’aux entreprise étrangères et à la centaine de familles de la dynastie FayeSall. Elle s’appuie sur un surendettement, 9000 milliards de dettes et 1000 milliards d’arriérés intérieurs rebaptisés obligations impayées. Les faits et leurs maitres du FMI  m’ont donné raison. Macky a fini par reconnaître  350 milliards au moins d’obligations impayées sur le dos du peuple fatigué. La macroéconomie ne ment pas et ne ruse pas. Elle a horreur du wax waxeet et de la pratique du thiompal (compal) », souligne Mamadou Lamine Diallo.

 

%d blogueurs aiment cette page :