GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Lumière sur les violences du mois de Mars 2021: A quelle commission d’enquête se fier ? Par Charles Thialys SENGHOR, Desk politique, Le Devoir

Le gouvernement du Sénégal va s’ouvrir encore un autre front après celui créé par les événements du mois de mars avec son lot de victimes et de dégâts : son annonce de création d’une commission d’enquête fâche le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D). Il promet, pour sa part, de mettre en place une autre commission, sur les mêmes formes, pour rétablir sa vérité. 

En conférence de presse le 8 avril, le ministre des Forces armées, Me Sidiki Kaba, annonce « la mise sur pied d’une commission indépendante et impartiale pour rétablir toute la vérité, dans une dynamique de paix et d’apaisement, car la vérité pour que justice soit faite est un élément qui conforte aussi l’Etat de droit et notre volonté de vivre en commun ».Selon le représentant du gouvernement, cette commission « qui est la meilleure façon de situer les responsabilités sera ouverte pour plus de transparence et d’équité à l’opposition et aux membres de la société civile ».

Avec force et détermination, le ministre des Forces armées souligne que l’objectif de cette commission est de situer les responsabilités afin de permettre à l’Etat de tirer toutes les conséquences de droit sur les événements douloureux ayant causé plusieurs morts, de nombreux blessés et des dégâts matériels importants. Pour le gouvernement, il importe, à travers cette démarche, « d’éclairer de manière objective » l’opinion nationale et internationale sur ces violences inédites qui ont secoué le Sénégal.

Mais le gouvernement ne devrait pas compter sur la collaboration du mouvement pour la défense de la démocratie (M2D). Le véritable fer de lance de ces contestations du début du mois de mars qui ont abouti aux saccages et pillages avec des morts et de nombreux dégâts matériels conteste la légitimité de cette commission. « Le gouvernement édite un mémorandum truffé de contrevérités. Ce gouvernement qui dit vouloir mettre sur pied une commission d’enquête indépendante pour la vérité a déjà jugé, a déjà condamné et a produit un mémorandum qui jette tout sur le dos de l’opposant Ousmane Sonko et qui ne veut pas de l’éclatement de la vérité. Bien au contraire ! », a soutenu Dr Cheikh Tidiane Dièye. Ce responsable de ce mouvement de contestation soutient que les Sénégalais doivent se poser des questions sur le niveau de sincérité de ce gouvernement.

D’ailleurs, le M2D ne se laissera pas faire. Dr Cheikh Tidiane Dièye annonce que l’opposition regroupée au sein de ce mouvement va créer aussi sa commission d’enquête pour donner sa part de vérité sur ces événements malheureux. « Nous nous réserverons le droit de publier un mémorandum sur les mêmes formes qui donnera aussi son interprétation de ce qui s’est passé au Sénégal depuis l’origine de cette histoire, c’est-à-dire ce complot sordide fomenté avec la complicité d’acteurs au sommet de l’Etat avec la complicité d’un appareil politique… », promet-il.

C’est dire que le gouvernement s’ouvre là un autre front. Le M2D, principal soutien d’Ousmane Sonko dans les accusations de « viols et menaces de mort », n’entend rien lâcher. De cette manière, à quelle commission se fiera donc l’opinion ? De toutes les manières on risque d’aller vers la troisième vague annoncée par Ousmane Sonko.

Dr Cheikh Guèye, émissaire du Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké appelle à la « sérénité ». Le plus important selon lui est que cette commission d’enquête puisse avoir « le temps, les moyens » pour faire correctement son travail de manière « objective et sereine ».

%d blogueurs aiment cette page :