GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Locales 2022: La Présidentielle de 2019 et les émeutes de mars 2021 avaient donné l’alerte P. MBODJE

ÉTROIT BOULEVARD DE LA RÉPUBLIQUE POUR MACKY SALL

La tendance observée en février 2019 et en mars 2021 s’est vérifiée le 23 janvier 2022 avec la déroute continue du pouvoir : l’hostilité des grandes capitales s’est confirmée avec Ziguinchor, Dakar, Kaolack et Touba, si l’on accepte le message du bulletin blanc. La page Macky Sall est tournée et le principal enseignement des Locales de dimanche est de prendre ses distances vis-à-vis du pouvoir, comme vérifié à Kolda avec Mame Boye Diao et à Matam avec la gifle infligée à Macky Sall à travers Farba Ngom.
Yewwi Askan Wi éclipse les autres, tous les autres, et accélère la déliquescence des grandes formations avec l’effondrement du Parti démocratique sénégalais sans la présence de son leader historique du Pds et l’Alliance pour la République enterrée depuis le 29 février 2009  avec Macky Sall au terme de ses deux mandats constitutionnels.
Dakar a choisi et bien choisi. Elle a choisi de ne pas se rapprocher d’un pouvoir qui n’a pas respecté le jeu démocratique et il faut s’en féliciter et encourager les autres : la force n’a jamais été un élément de conviction ; elle peut cependant aider le candidat de Yewwi Askan Wi à grandir, sous l’ombre tutélaire de Khalifa Sall un peu plus mis en avant grâce au tremblement de terre réalisé dimanche par sa coalition.
De même, l’ambiguïté de Mame Mbaye Niang a renforcé la chute du candidat d’une coalition de la majorité quand l’électeur s’est méfié de la position du chef qui veut tirer tous les marrons du feu à son seul profit ; au demeurant, le défi ouvert (Parti socialiste, Alliance des Forces de Progrès, Apr) démontre la débandade d’une majorité qui devrait se vérifier en juillet prochain, avec les législatives.
Enfin, le recherche d’un sang neuf n’a pas joué pour les revenants qui ont déjà démontré leur gestion de la mairie : Wardini, Pape Diop, Doudou Wade, …
Un autre paradoxe tout aussi politique : ces deux semaines, les candidats ont beaucoup parlé de Dakar, déclinée sous toutes les perspectives, en oubliant que c’est celle du plus grand technicien dans la conception de la ville, d’une ville dotée des infrastructures de dernière génération, le président Macky Sall. La victoire de Abdoulaye Diouf Sarr aurait pu aider, sur le plan épistémologique, de vérifier le rapprochement de l’électorat avec le patron des marrons, proximité notée lors des dernières législatives, avec, pour la première fois depuis 2012, une majorité intrinsèque accordée à l’Alliance pour la République.
Ce qui rend encore plus douloureuse la perte de la capitale toujours hostile au pouvoir depuis 1993, la parenthèse Wade refermée.
%d blogueurs aiment cette page :