GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Listes parallèles: Le président est irresponsable de ses actes pendant son mandat P. MBODJE

Mame Mbaye Niang, pour Dakar, Mame Boye Diao en Casamance, sont notamment les candidats non présentés de leur formation (Alliance pour la République) ou coalition (Benno Bokk Yakaar) pour les Locales du 23 janvier prochain. Cependant, si Macky Sall qui avait « cautionné certaines listes parallèles aux Locales”-Seneweb 13 novembre 2021) est revenu sur sa position à la veille de l’ouverture de la campagne, il ne s’adresse pas à tous les transfuges, renforçant le malaise dans la majorité. Pan sur le bec de qui ?
C’est en plein Midi, comme dirait le poète, que l’inspiration a frappé Macky Sall : les parallèles se rejoindront après les Locales pour payer (si les tètes de liste ne sont pas élues). Lui qui assurait vouloir recueillir la voix des sans voie en tolérant des listes parallèles semble donc revenu de ses mauvais calculs. Et comme toujours en pareil cas, aperçu une bonne occasion de se taire.
Inspiré ? L’incongruité lui est apparue dans toute sa nudité, comme d’habitude :
moins que le choix souvent contesté de la tête de liste, c’est peut-être la procédure de sélection qui a désorienté le militant ; essayer de le récupérer par la bande en suscitant une liste parallèle devient ainsi doublement à condamner : c’est douter de la capacité de victoire de leader choisi et miser conséquemment sur la vénalité du militant qui peut contester le choix mais pas la décision et que, dans tous les cas, le prince infaillible lui offre une alternative.
La maladie court depuis 2014
Le défi de 2014 en était un quand les militants migrent de dépit vers d’autres listes concurrentes ; il y eut assez de chocolat sur le tocard pour concurrencer le cheval marron favori de l’Alliance pour la République (Apr) ; Macky Sll fit contre mauvaise fortune bon cœur et, pince sans rire, les prend à son compte pour s’estimer majoritaire.
L’imprécision de sa position pour 2022 a renforcé la dissidence cette fois-ci, jusques et y compris dans les rangs des alliés, le Parti socialiste précisément en dissidence ouverte, notamment aux Parcelles assainies, à Dakar, et à Louga.
Déjà conjugué au passé depuis le 24 fèvrier 2019, Macky Sall continue à semer le doute à force de vouloir jouer au plus fin, au risque de rouler dans ses errements. Par l’exemple, Paris, novembre 2021 : « J’ai autorisé des listes parallèles dans certaines zones pour éviter la dispersion des voix. C’est le cas à Kolda, à Bignona et dans d’autres zones où nous sommes sûrs de gagner. Nous avons cautionné ces listes parallèles, puisque le gagnant sera toujours de Benno bokk yakaar (Bby). En revanche, il y a d’autres listes parallèles qui n’ont pas reçu mon onction ».

Fatick, le 06 janvier 2022 : « Je ne peux vous donner des postes de responsabilités et quand je vous demande de vous aligner derrière quelqu’un, vous refusez. Tous les responsables qui ont créé ou qui sont investis sur des listes parallèles seront lourdement sanctionnés après les élections territoriales».

%d blogueurs aiment cette page :